Connect with us

Biographie

Biographie: Qui est Pr Mariatou Koné, maire de Boundiali

Published

on

Biographie de Mariatou Koné maire de Boundiali

Côte d’Ivoire – Biographie – Région de la Bagoué – Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, Mariatou Koné est maire de la commune de Boundiali depuis octobre 2018. Tout savoir que le parcours d’une femme de paix et de dialogue.

Ancienne ministre Ivoirienne de la Solidarité, de la femme et de la Protection de l’Enfant, Pr Mariatou Koné est actuellement ministre en charge de la solidarité, de la cohésion sociale et da la lutte contre la pauvreté.

En mai 2015, Pr Mariatou Koné fût désigné aux Postes de Directrice générale du Programme national de cohésion sociale (PNCS) et Secrétaire exécutive de la Commission nationale pour la réconciliation et l’indemnisation des victimes (CONARIV).

Elle a été Directrice-coordonnatrice du PNSC qui est passé récemment du statut de Programme en une Direction générale, placée sous la tutelle administrative du ministre chargé du plan et du développement, et sous la tutelle financière du ministre en charge du budget.

Première femme ivoirienne élue Directrice de l’Institut d’Ethnosociologie(IES) le 25 juin 2009, membre de plusieurs réseaux scientifiques internationaux, elle vient de participer au premier Forum Mondial des Femmes Francophones à Paris le 20 mars 2013 en tant qu’invitée du Gouvernement Français.

Professeur Mariatou KONE est Docteur en Anthropologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) en France. Elle est enseignante-chercheure depuis janvier 1995 à l’Institut d’Ethnosociologie (IES) de l’Université Félix Houphouët Boigny (ex-Université de Cocody). Après de brillantes études, elle gravit les échelons universitaires en présentant les différents concours du CAMES (Conseil Africain et Malgache pour d’Enseignement Supérieur). Elle assure la direction et est membre de Jury de nombreux mémoires et de Thèses dans plusieurs Universités.

C’est la première femme ivoirienne élue Directrice de l’Institut d’Ethnosociologie (IES) le 25 juin 2009, soit 45 ans après la création de cette institution de formation, de recherche et d’expertise (1964).

Elle est Secrétaire général adjoint du Groupement Interdisciplinaire des Sciences Sociales en Côte d`Ivoire (GIDIS-CI) depuis 1995. Elle est coordinatrice du Laboratoire d’Etudes Environnementales et Foncières de Côte d’Ivoire (LEEFCI), et coordinatrice du réseau Landnet-Côte d’Ivoire.

Elle est membre de plusieurs réseaux scientifiques internationaux dont le réseau Landnet West-Africa, la Chaire UNESCO Alimentation Du Monde (ADM), le « Réseau de formation et de recherche en socio-anthropologie de la santé en Afrique de l’Ouest » (REFASA) , l`Association euro-africaine pour l`Anthropologie du changement social et du Développement (APAD), le Réseau Anthropologie de la Santé en Afrique (RASA), l`Association pour la Recherche à l`Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (AREHESS), le Réseau International des Acteurs Emergents (RIAE), etc.

Elle vient de participer au premier Forum Mondial des Femmes Francophones à Paris le 20 mars 2013 en tant qu’invitée du Gouvernement Français.

Comme en témoigne ses nombreuses publications, Professeur Mariatou KONE est experte et consultante internationale dans plusieurs domaines (foncier rural, famille, genre, santé, développement rural, éducation, …), dans plusieurs pays (Côte d’Ivoire, Niger, Mali, Sénégal, Guinée, Burkina, Bénin, Guinée Equatoriale, Cameroun, République Démocratique du Congo, Tchad, etc.) et auprès de nombreux bailleurs, organismes, organisations et bureaux d’études (UNICEF, Banque Mondiale, UNFPA, CEDEAO, UEMOA, FAO, FIDA, FEM, Union Africaine, NEPAD, CEDEAO, BAD, Europact, SOFRECO, Experco International, Coyne et Bellier, , BADEA, ROPPA, etc.)

Son expertise lui vaut d’être nommé conseiller technique en charge des questions sociales auprès du Ministre d’Etat, Ministre du plan et du développement de mars à décembre 2012 puis Directrice coordinatrice du Programme National de Cohésion Sociale (PNCS) depuis mai 2012.

Elle est experte formatrice en méthodologie de recherche qualitative, conduite des études CAP, évaluation de projet, et sur plusieurs thématiques dont le foncier rural. Par exemple, du 12 au 16 novembre 2012 à Grand Bassam avec la GIZ, Professeur KONE a assuré la Formation régionale des magistrats de 5 Etats (Niger, Guinée, Sierra Leone, Liberia et Côte d’Ivoire) sur le droit coutumier et le foncier rural en Afrique de l’Ouest avec 4 interventions :

– Les défis de la réforme foncière en Afrique de l’Ouest

– Comprendre la problématique du foncier en Afrique de l’Ouest

– Comment protéger les groupes de personnes les plus vulnérables ?

– L’importance du droit foncier dans le quotidien de la population

Curriculum Vitae

Au titre des activités extra universitaires et professionnelles, Professeur Mariatou KONE est une maman et une femme au cœur d’or, raison pour laquelle elle a intégré le club service qu’est le Rotary International afin de venir au secours des plus démunis. Elle est Présidente du Rotary club Abidjan Biétry pour le mandat 2012-2013 et Présidente des présidents de Rotary club de Côte d’Ivoire.

Depuis juillet 2009, elle est la représentante du District rotarien 9100 (qui comprend 14 pays) pour le RFFA (Rotarian Fellowship for Fighting Aids), un programme de lutte contre le VIH/SIDA.

En 2010, le Salon international de la femme battante lui décerne le prix LETAGONIN.

Elle est membre du Réseau des Femmes Musulmanes d’Afrique-Section Côte d’Ivoire (REFMA-CI).

Comme loisirs, Professeur Mariatou KONE aime la Lecture, les voyages et découvertes et la musique. Elle adore chanter. Elle pratique le sport (natation, athlétisme, handball et tennis).

Après ses études primaires à l’école primaire catholique (EPC) Filles de Daoukro de 1971 à 1977, sanctionnées par le Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE) et sa réussite à l’Examen d’entrée en Sixième, Mariatou KONE a effectué une partie de ses études secondaires au Lycée Félix Houphouët Boigny de Korhogo puis au Lycée Moderne de Sassandra et enfin au Lycée moderne de Man.

Avec le Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) en 1981 puis le Baccalauréat série A4 en 1984, elle est orientée en Sociologie à l’Université Nationale de Côte d’Ivoire à Abidjan où elle réussit le DUEL 1 en 1985, le DUEL 2 en 1986, la Licence en 1987 et la Maîtrise en juin 1988.

Grâce à une bourse du Ministère de la Recherche Scientifique de Côte d’Ivoire, Mariatou KONE poursuit ses études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Marseille en France. Elle y obtient le DEA en Sciences Sociales en 1990. Par ses résultats exceptionnels elle bénéficie en plus de la bourse, d’une allocation de recherche de l’ORSTOM (institut de recherche français).

En septembre 1994, elle soutient le Doctorat d`Anthropologie (thèse unique) et le réussit avec la Mention très honorable avec félicitations du jury, sur le thème « Etre encadreur agricole en Côte d`Ivoire: Principes et pratiques (le cas de Sakassou) », sous la direction du Professeur Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN.

Distinctions et publications

Professeur Mariatou KONE est une enseignante-chercheure qui « trouve ». Elle fait partie de l’élite scientifique de l’Afrique en général et de son pays La Côte d’Ivoire en particulier. Elle participe à de nombreux Colloques, congrès, séminaires et conférences en Côte d’Ivoire, en Afrique, en Europe et en Amérique.

Elle a plusieurs publications parmi lesquelles :

En 2013 : L’excision, une mutilation génitale féminine en Côte d’Ivoire. A paraître, Abidjan, Balafons

En 2012 : Le métier d’encadreur agricole en Côte d`Ivoire: au-delà des innovations sémantiques. Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

En 2011 : Femmes et Foncier

In Comité technique « Foncier et développement », 2011 : Des fiches pédagogiques pour comprendre, se poser de bonnes questions et agir sur le foncier en Afrique de l’Ouest. Paris, AFD

En 2008 : Interdisciplinarité et défis méthodologiques. Paru dans Actes du forum universitaire régional : Famille et droits de l’homme en Afrique de l’ouest francophone. Copenhague, Institut Danois des Droits de l’Homme. Pp 61-68.

En 2007 : Enjeux et débats autour de la crise alimentaire au Niger en 2005 : les avantages de comprendre la malnutrition au Niger par la perspective de l’ECRIS.

In Bierschenk, T., Blundo, G., Jaffré, Y. et Tidjani Alou M. (éds) : Une anthropologie entre rigueur et engagement. Essais autour de l’œuvre de Jean-Pierre Olivier de Sardan. Paris, Karthala

En 2006 :

– L’avortement provoqué : un moyen de régulation de la fécondité prisé à Abidjan (Côte d’Ivoire). In Le Journal des Sciences Sociales, 3, 23-43. Abidjan, Revue Scientifique du GIDIS

– Foncier rural, citoyenneté et cohésion sociale en Côte d’Ivoire : la pratique du tutorat dans la sous-préfecture de Gboguhé. In Les Frontières de la question foncière : enchâssement social des droits et politiques publiques. Montpellier/Genève/Mayence, CIRAD/IRD/IUED/GUTENBERG.

www.mpl.ird.fr/colloque_foncier/Communications/PDF/Kone.pdf

-Côte d’Ivoire : Quelles lois pour résoudre les problèmes liés au foncier? In Défis Sud : Comment garantir le droit à la terre, n°74 : 27-28. Bruxelles, SOS Faim ASBL/Action pour le développement, www.inter-reseaux.org/…/p20_Le_dossier_KONE_VO_web_OK.pdf

-De l’indispensable révision de la loi foncière. In Grain de Sel : Le Foncier, un enjeu crucial aux multiples dimensions, n° 36 : 20. Paris

-La crise alimentaire 2004-2005 à Tondikiwindi, Etudes et travaux, 63, Niamey, LASDEL

-La crise alimentaire de 2005 au Niger dans la région de Madarounfa et ses effets sur la malnutrition infantile : approche socio-anthropologique, Etudes et travaux, 53, Niamey, LASDEL.

En 2005 :

-Socio-anthropologie de la famille en Afrique. Evolution des modèles en Côte d’Ivoire. (en collaboration avec Kouamé, N.,). Abidjan, Les Editions CERAP

-Chefferie en mutation en Côte d’Ivoire (en collaboration avec Kouamé, N.,). Paru dans Débats, courrier de l’Afrique de l’Ouest, 21 (janvier 2005) : 15-20. Abidjan, Les Editions CERAP

En 2004 : La nueva política agraria de Costa de Marfil a prueba de las dinámicas políticas locales (en collaboration avec Chauveau, J-P.)

In Léonard É., Quesnel A., Velázquez E. (coord.), Regulaciones y políticas agrarias. Juegos de actores y dinámica de los poderes, México, CIESAS-IRD-Porrúa.

En 2003 :

-Les Femmes et l’accès à la terre en milieu rural ivoirien. Paru dans Regards sur le foncier rural en Côte d’Ivoire (51-80). Abidjan, Les Editions du CERAP/NEI

-Le « contexte » et le « gombo » dans les formations sanitaires urbaines en Afrique : approche socio-anthropologique de la petite corruption. In Jaffré, Y., et Olivier de Sardan, J-P., (éds) : une médecine inhospitalière. Les relations entre soignants et soignés dans cinq capitales de l’Afrique de l’Ouest. Paris, Karthala/APAD

-Droits délégués d’accès à la terre et aux ressources naturelles dans le Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire : Bodiba (Oumé) et Zahia (Gboguhé). Paris/Londres, GRET/IIED

En 2002: Gaining Rights of access to land in West-Central Côte d’Ivoire. London, IIED

© Côte d’Ivoire News

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + 11 =

Biographie

Biographie: Kalou Bonaventure, entre Football et politique

Published

on

Biographie Kalou Bonaventure maire de Vavoua 1

Côte d’Ivoire – Biographie – Ancien footballeur du Paris Saint-Germain Kalou Bonanventure a marqué son entrée politique à travers son élection à la tête de la mairie de Vavoua. Ci-après le parcours d’un homme déterminé.

Il est sans doute le footballeur ivoirien le plus doué de sa génération. Sa riche carrière a déjà fait de Bonaventure Kalou une des valeurs sûres du football africain. Lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, il devrait pouvoir montrer à la planète entière son immense talent.

Kalou est un des rares joueurs ivoiriens à s’être d’abord affirmé à l’intérieur du pays, précisément à Oumé, à l’ouest de la Côte d’Ivoire. C’est dans cette localité distante de 400 kilomètres d’Abidjan que le jeune « Bona » a fait ses premières gammes. Il échappait alors à la vigilance de son père enseignant pour aller taper dans le ballon. A l’exigence parentale, le jeune garçon opposait un toucher de balle dont toute la région bruissait.

Kalou s’inscrit alors dans le club de la ville, l’AS Oumé, et gravit rapidement les échelons. Sa véritable carrière commence en 1995, avec l’équipe senior. Il impressionne, marque but sur but et fait souffrir les grands clubs de la capitale. L’ASEC d’Abidjan, le club le plus populaire du pays, décide de l’enrôler. A 18 ans, Bonaventure dépose ses valises chez les « Jaune et noir ».

Kalou y trouve rapidement ses marques. Associé en attaque au virevoltant burkinabé Mamadou Zongo, la paire fait des étincelles dans toute l’Afrique. Et le bilan est flatteur : champion de Côte d’Ivoire, vainqueur de la Ligue des champions d’Afrique. Dans la foulée il découvre la sélection ivoirienne. Et ne la quittera plus.

Instinctif, quand « Bona » accélère, il semble inarrêtable. Polyvalent, il peut aussi bien évoluer comme milieu, attaquant ou ailier. Alain Gouamené, ancien gardien de légende devenu entraîneur-adjoint des Eléphants, ne tarit pas d’éloge : « Sa technique est pure, son contrôle de balle impeccable et surtout, il est très fort mentalement.»

Après une saison époustouflante à l’ASEC d’Abidjan, Kalou tape dans l’œil des recruteurs du Feyenoord Rotterdam. Il y évolue pendant cinq saisons, avec une moyenne de 10 buts par an. En 2002, il se signale aux yeux du monde en remportant la Coupe de l’UEFA à l’issue d’un excellent parcours individuel.

Il évolue encore une saison aux Pays-Bas avant de se laisser convaincre par Guy Roux, le mentor auxerrois. En Bourgogne, Kalou gagne en expérience et en efficacité. Les supporters d’Auxerre gardent encore le souvenir vivace d’un magnifique deuxième but en finale de Coupe de France 2005.

Le prodige peut alors changer de cap. Il atterrit au Paris Saint-Germain pour donner une nouvelle dimension à sa carrière. Mais paradoxalement, ses performances en sélection ne sont pas à la hauteur. Les supporters ivoiriens lui reprochent de ne pas se donner assez. D’un naturel réservé, il continue à travailler sans broncher.

Henri Michel lui maintient sa confiance mais il perd progressivement son statut de titulaire, jouant par intermittence lors de la dernière CAN. Cette situation ne l’accable pas, il fait partie intégrante du groupe. « C’est le chanteur en sélection, il met l’ambiance, il chambre tout le monde. C’est un bon vivant. Il doit juste passer un palier en terme de jeu avec la sélection », explique Gouaméné.

Dès son retour de la CAN et son titre de vice-champion d’Afrique, il semble vivre une renaissance tant en club qu’en sélection. Auteur d’une fin de saison en trombe, voilà Kalou lancé en vu d’Allemagne 2006.

©CotedivoireNews

Lire Plus

Biographie

Biographie – Maire de Tiassalé: Assalé Tiémoko, le parcours d’un journaliste d’investigations

Published

on

Biographie Assalé Tiémoko

Côte d’Ivoire – Biographie – Maire de la commune de Tiassalé, Assalé Tiémoko est patron de presse. Découvrez  l’histoire de ce journaliste d’investigations.

Antoine Assalé Tiémoko, est journaliste d’investigations, fondateur et directeur général du bi-hebdomadaire satirique ivoirien (Côte d’Ivoire), « L’ELEPHANT DECHAINE ».

En sa qualité de journaliste professionnel, Assalé Tiémoko travaille essentiellement sur les questions touchant à la gouvernance publique en Côte d’Ivoire, sur les rapports entre les dirigeants et les responsables de grandes entreprises privées nationales ou internationales (passation des marchés publics), le comportement des dirigeants nationaux hors du pays, le fonctionnement des institutions de la République, la défense des droits des citoyens ayant maille à partir avec plus puissants qu’eux, etc.

Il adore le journalisme, un métier qu’il a été amené à exercer par accident après avoir passé un an en prison de décembre 2007 à décembre 2008, pour avoir dénoncé dans un article de presse, la corruption dans le système judiciaire d’un pays imaginaire qui avait d’étranges ressemblances avec un pays réel appelé la Côte d’Ivoire.

 Il était alors étudiant en quatrième année de Droit à l’Université d’Abidjan.

En prison, grâce à un photo-reporter de l’Agence « Gama » appelé Jean Paul Ney, incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) dans le cadre d’une sombre affaire de tentative de déstabilisation du régime de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, Assalé Tiémoko découvre pour la première fois « Le Canard Enchaîné », le grand journal satirique français.

A la première lecture, Il fût tombé amoureux de ce journal.

Sortie de prison, à la première occasion en octobre 2011 (alors qu’il avait fait deux ans de stage et finalement employé par un journal ivoirien proche d’un parti politique donc pas indépendant, il créé « L’Eléphant Déchaîné » sur le modèle du « Canard Enchaîné ».

C’est un peu classique mais c’est là toute son histoire et il rêve de faire de « L’Eléphant Déchaîné », un journal à l’image, par son sérieux et son style, de « Le Canard Enchaîné » ou de « Mediapart ». C’est un immense défi vu le contexte qui est le nôtre, mais malgré les risques (des menaces régulières de mort, deux tentatives d’assassinat, placé sous protection policière pendant un an, etc), Assalé Tiémoko ne compte pas arrêter.

Du journalisme à la politique, quand une défaite appel une victoire

Assalé Tiémoko aime les défis alors atterrir en politique était un tout nouveau défis pour lui. Comme il le dit lui même, il faut participer à faire changer les choses et pour y arriver il faut être aux postes de décisions pour prendre les meilleures décisions dans l’intérêt des populations.

Son premier coup d’essai en politique est sa participation aux élections législatives dans sa circonscription natale de Tiassalé. Il est vaincu à ces élections avec quelques voix seulement de moins de son adversaire. Il prend cette défaite pour un exploit car lui un inconnu dans l’arène arrive en deuxième position devant tous les ténors politiques de la région.

Il récidive deux ans plus tard en se présentant cette fois-ci aux élections municipales dans la même circonscription de Tiassalé. Cette fois est la bonne. Il passe haut les mains ce scrutin avec plus de milles voix d’écart de son poursuivant direct. Assalé Tiémoko devient ainsi le nouveau maire de Tiassalé.

« L’aventure ne fait que commencer, nous allons donner de nous même pour aider les populations à sortir de la misère. »

© Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Biographie

Biographie: Qui est Anne Ouloto présidente du conseil régional du Cavally

Published

on

Biographie Anne Ouloto

Côte d’Ivoire – Biographie – Actuellement ministre de l’Assainissement et de la Salubrité,  Anne Désirée Ouloto est une femme politique née le 20 avril 1966. Elle est également présidente du conseil régional du Cavally.

Anne Ouloto

Titulaire d’un Baccalauréat littéraire, Anne Ouloto a rêvé d’être une grande militante, très active sur le terrain. Son ambition est de faire découvrir et mieux faire connaître le RDR et le Président Alassane Ouattara au plan national, et particulièrement à Toulepleu, sa région d’origine.

Après un cycle primaire à Notre Dame du Plateau, elle entame le cycle secondaire à Bouaké en 1976, où ses parents sont affectés. La jeune Fille fréquente alors le Petit Bahut (Collège Moderne de jeunes filles), puis le grand bahut (Lycée de jeunes filles), et obtient le baccalauréat littéraire en 1985.

Elle s’inscrit alors à la Faculté de droit à l’Université de Cocody, mais avec la crise universitaire de 1990 qui a laissé aux étudiants de longs mois d’oisiveté, elle est gagnée par une volonté d’autonomie tenace, qui l’engage vers une carrière d’enseignante. Ainsi, jusqu’en 1996, elle transmet le savoir aux écoliers du primaire.

A partir de 2000, saisissant l’opportunité d’une nouvelle expérience, elle intègre l’ANARE (Autorité Nationale de Régulation du Secteur de l’Electricité), où elle travaille jusqu’en 2005 en qualité d’Assistante de Direction du Directeur Juridique, puis du Président du Conseil d’Administration.

En 2006, ses qualités de militante engagée, loyale et déterminée, lui valent son entrée au Cabinet du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, aux côtés du Ministre Cissé Bacongo. Elle y occupe d’abord les fonctions de Chargée d’Etudes, chargée de la politique du genre en milieu Universitaire. En 2007, vu sa capacité de travail, sa force de caractère et sa personnalité, elle est promue Chef de Cabinet, poste qu’elle occupe jusqu’à l’avènement de la crise poste électorale de novembre 2010.

En Mai 2010, Anne Désirée Ouloto est nommée Ministre de la Salubrité Urbaine, poste qu’elle occupe jusqu’à Novembre 2012. A la faveur de la formation du dernier gouvernement le chef de l’Etat lui renouvelle sa confiance en lui confiant le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme, et de l`Enfant.

PARCOURS POLITIQUE

Ses parents voulaient en faire une Juriste (Avocate ou Magistrate), mais pour des raisons personnelles, elle se passionne pour l’enseignement, avant de succomber aux charmes dévorants de la politique.

Le chemin de la politique commence pour elle dès la classe de 3ème où elle se fait élire Présidente du MEECI (Mouvement des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire) au collège moderne de jeunes filles à Bouaké. C’est en cette qualité qu’elle représente en 1981 son établissement, au Congrès national de MEECI à Yamoussoukro. En 1994, à la création du RDR (Rassemblement des républicains), elle est séduite par les idéaux portés par ce parti, mais surtout par le charisme de son fondateur, feu Djény KOBINA.

Elle s’engage dès cet instant ; ainsi commence son histoire avec le RDR.

Responsabilisée Secrétaire Nationale à la Solidarité, elle gravit les échelons du parti par son courage, sa persévérance et la pertinence de ses choix politiques.

Doté d’une grande capacité de travail et d’une loyauté à toutes épreuves, elle parvient à la faveur de l’élection présidentielle de novembre 2010, à se faire nommer Porte-parole du candidat Alassane OUATTARA.

Mission divine

????????????????????????????????????

Elle a rêvé d’être une grande militante, très active sur le terrain. Son ambition est de faire découvrir et mieux faire connaître le RDR et le Président Alassane OUATTARA au plan national, et particulièrement à Toulepleu, sa région d’origine.

 Elle y est certainement parvenue, au regard de sa nomination en 2010, comme Porte-parole. De ce piédestal, elle se révélera aux ivoiriens, notamment pendant les heures chaudes que le pays a connues.

Son profil s’est alors imposé à tous les ivoiriens à travers la chaîne de Télévision Côte d’Ivoire (TCI), chaîne de la résistance du Golf Hôtel. Elle assurait tous les jours, la veille aux avant-postes pour convaincre et défendre la vision du Président Alassane OUATTARA.

 Elle dira à ce propos : « C’était pour moi un honneur, que de porter la parole d’une personnalité de la stature du Président Alassane OUATTARA, un homme de grande valeur, respecté de par le monde. Un grand homme d’Etat qui a de grandes ambitions pour son pays et qui est à l’écoute de son peuple. Cette marque de confiance de la part d’un tel Monsieur, je la considère comme un appel divin, une mission divine. ».

Parcours gouvernemental

Elle est ministre de la Salubrité urbaine et de l’assainissement depuis le 12 janvier 2016. Ex-ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l`Enfant, à sa nomination 1er Juin 2011, elle passe des nuits blanches à retourner sa nouvelle mission. Mais la confiance du Président de la République la rassure.

 Aussi, engage-t-elle dès les premières semaines de sa prise de fonction, une politique de salubrité jamais vue auparavant en Côte d’Ivoire. Politique taxée d’inhumaine par ses pourfendeurs, sous le prétexte qu’elle détruit le petit commerce des populations, déjà vulnérabilisées par la crise.

Mais le Ministre continue ses activités, tambours battants, à coups de destructions des installations anarchiques et de déguerpissement des trottoirs, des emprises et du domaine public. Aujourd’hui, seulement 10 mois après, les ivoiriens sont unanimes.

Les déguerpissements ont donné à nos villes une lisibilité, une allure et un regain de beauté. L’Opération Pays Propre est un franc succès et fait déjà des émules hors de nos frontières, notamment au Gabon. Cela a valu à Madame le Ministre, en Décembre 2011, d’être citée par Jeune Afrique, comme l’une des 50 personnalités qui font l’actualité en Côte d’Ivoire.

Informations supplémentaires

Son époux, ses enfants, sa famille, c’est son jardin secret. Madame le Ministre tient sa famille à l’écart de l’univers de la politique.

A l’opposé des tumultes liés à sa fonction, Anne Désirée OULOTO trouve dans la famille, le refuge de tranquillité, d’où elle puise les ressources nécessaires pour les batailles de demain.

© Côte d’Ivoire News

Lire Plus

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés