Bouaké: Des mesures d’urgences pour soulager les populations de Bouaké en attendant la solution durable au problème d’eau

Le ministre Amédée Koffi sur le chantier d’un forage, à sa droite le représentant de la Banque mondial, à gauche son collègue Amadou Koné et le maire Djibo Nicolas
Le ministre Amédée Koffi sur le chantier d’un forage, à sa droite le représentant de la Banque mondial, à gauche son collègue Amadou Koné et le maire Djibo Nicolas

Côte d’Ivoire – Bouaké – Région de Gbêkê – Les mesures d’urgence, en cours d’exécution, ne vont certes pas résoudre définitivement le problème d’eau mais soulagera les populations en attendant la solution durable envisagée par le gouvernement, a indiqué le ministre des infrastructures économiques, Amédé Koffi Kouakou, jeudi, à Bouaké, au terme d’une visite qu’il a entreprise pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux initiés depuis plusieurs semaines.

«On est venu pour vous rassurer que tout ce que le Chef de l’Etat a dit le 1er mai est en train d’être fait», a indiqué M. Amédé Koffi, aux chefs traditionnels et aux autorités locales qui ont accompagné sa délégation pour la visite des chantiers.

‘’Il n’y a pas de pénurie, il y a accès à l’eau mais c’est difficile’’, a-t-il souligné. Ce qui se passe, c’est qu’une partie des habitants alimentée à partir de la station de Laloka est touchée par la pénurie et ceux qui sont approvisionnés à partir du barrage de Kanh reçoivent l’eau.

Au titre des mesures d’urgence, il a fait savoir que la dizaine de camions citernes mobilisés approvisionnent les populations affectées par la pénurie. Les travaux des forages prévus dans la ville de Bouaké sont achevés dans certains quartiers et avancés pour d’autres. L’unité de traitement de l’eau du lac du quartier Gonfreville est en chantier. Une autre unité mobile sera installée au niveau du barrage de Kanh pour doubler sa production journalière habituelle estimée présentement à 6000 m3.

Le barrage de Laloka desservait 120 villages dont ceux de Sakassou et Botro. Dans les villages qui se trouvent dans la zone affectée, il y a 91 pompes à motricité humaine dont 68 ont été réhabilitées et fonctionnent correctement. De plus des forages réalisés à Sakassou et Botro permettront bientôt de rendre ces villes autonomes et de les déconnecter de l’ensemble du réseau dépendant de Laloka.

Avec les dernières pluies, il y a eu une certaine quantité d’eau disponible dans le barrage de Laloka qui sera traitée et distribuée dans les prochains jours. L’on n’atteindra pas la production habituelle de 25.000 m3 par jour mais près de 2000 m3 pourront être traités journellement durant une ou deux semaines.

Les abonnés auront de l’eau au robinet lorsque tous ces travaux d’urgence seront achevés. Cependant, a-t-il précisé, tant qu’on n’aura pas la quantité journalière habituelle de 25.000 m3 produite par Laloka, on ne peut pas revenir à la situation d’avant.

A en croire le ministre des infrastructures économiques, le problème sera définitivement résolu d’ici un an lorsque les travaux d’approvisionnement des stations de traitement en ressources d’eau à partir du barrage de Kossou seront réalisés. Il est même prévu aussi la construction d’une station de traitement qui produira 30.000 m3 d’eau par jour, pour faire face aux besoins de plus en plus croissant liés à la démographique galopante.

Le ministre des Infrastructures économiques était accompagné de son collègue des transports, Amadou Koné et d’un représentant de la Banque mondial, Sunil Mathrani.

©CotedivoireNews/AIP

A propos de Côte d'ivoire NewsCi 1236 Articles
Le portail des villes de Côte d'Ivoire

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


17 + dix-huit =