Côte d’Ivoire: Des militaires risquent 20 ans de prison pour un bizutage qui a mal tourné

zambakro
Côte d’Ivoire – Zambakro – « Le commandant de l’école militaire de Zambakro (centre), son directeur de la formation et trois élèves-officiers ont été inculpé par le tribunal militaire d’Abidjan pour coups volontaires ayant entrainé la mort d’un élève officier. Ils sont poursuivis pour homicide et violation de consigne », a précisé le commissaire du gouvernement (procureur militaire), le colonel Ange Kessi.
Comme il est de tradition dans cette école militaire, à chaque rentrée académique tous les nouveaux venus subissent un bizutage de la part des anciens. C’est après cette pratique à la rentrée académique de 2017 qu’un élève officier est décédé des suites de ses blessures, car l’autopsie ayant revélé de  » grosses plaies »
L’enquête qui a suivi a révélé qu’une élève officier Malienne avait subi le même sort et évacué en Tunisie pour recevoir des soins.
Selon le procureur militaire de vant la presse, « Porter des coups à des élèves-officiers sous prétexte que ce sont des traditions est retrogrades, et  n’est rien d’autre » que commettre des « violations graves des droits de l’homme ».
Le procès des officiers bizuteurs s’ouvrira en octobre prochain au sein de l’école militaire de Zambakro et les accusés risque une peine de 20 ans de prison.
Il faut rappeler que cette école est une institution sous-régionale qui forme depuis plus d’une vingtaine d’année les officiers d’Afrique de l’Ouest et de l’Est.
©CotedivoireNews
Fulbert Koffi Evan’s
A propos de Côte d'ivoire NewsCi 1405 Articles
Le portail des villes de Côte d'Ivoire

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


17 − douze =