Connect with us

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Une usine de transformation de manioc annoncée à Toumodi pour mi-2019

Published

on

société  Africaine de  transformation agricole (SATOL SAS

Côte d’Ivoire – Toumodi (Région du Bélier) – Abidjan le 06 novembre 2018  a eu lieux le lancement du projet SATOL à l’hôtel TIAMA au Plateau. Les ivoirien, ont toujours vu le manioc se transformer en ATIEKE, en amidon et en PLACALI cela dit pour (SATO.SAS) société Africaine de transformation agricole, le MANIOC vaut bien plus.

 

  

 

En effet la société  Africaine de  transformation agricole (SATOL SAS) Véra bientôt le jour en côte d’ivoire.

Mr Jean-Louis Chauré, président de SATOL, a expliqué que pour approvisionner l’usine de 340 T par jour de racine de manioc, SATOL fournira 400 tonnes par jour, soit 85% des besoins tandis que les paysans, producteur  de cette matière première, devront livrer 60 tonnes par jour, soit 15%.

Par la suite c’est Mr Christophe Barthelemy Directeur général de SATOL qui a éclairé de son savoir, Il a déclaré qu’une usine de transformation et une plantation industrielle appuyée par les petits paysans Locaux seront lancés en 2019. C’est un investissement de 31 milliard de F CFA attendu pour la finalisation du projet.

 

L’usine sera implantée dans le village d’ASSOUNVOUE dans le département de Toumodi, à 190 km d’Abidjan sur l’autoroute du nord, la zone industrielle consacrée au manioc, permettra une commercialisation des produits tels que l’amidon, le bioéthanol, et le maïs.

 

Il faut noté que la compagnie ambitionne de devenir le premier  et le principal  acteur des produits dérivés du manioc en côte d’ivoire et en Afrique subsaharienne avec une production estimée à près de 34O mille tonnes de farine et amidon de manioc par an, SATOL compte créer 360 emplois directe et 1000 emplois indirectes dans sa  première phase du projet .

Aussi c’est plus de 20 mille ha de terre qui  seront valorisées, tout en respectant l’environnement et le développement durable. Le ministre Ivoirien de l’environnement et du développement durable a salué l’initiative et a appelé à l’implication de la population locale pour la réussite du dit projet.

 

SATOL, dans la mise en œuvre de son projet c’est fait assistée par des spécialistes et a prévu de prendre des mesures protectrices afin de préserver la biodiversité et la richesse des terres mises à sa disposition de plus une étude d’impact environnemental et social a été réalisée et est en cour d’étude auprès de l’agence national de l’environnement. Pour terminer les promoteurs du projet ont lancé  un appel aux investisseurs afin qu’ils soutiennent la transformation du manioc en Côte d’Ivoire..

 société  Africaine de  transformation agricole (SATOL SAS

©CotedivoireNews 

Blanche Djité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − 1 =

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Droits de la femme et promotion du genre: Euphrasie Kouassi Yao parle des avancées

Published

on

Euphrasie Kouassi Yao parle des avancées de la Côte d'Ivoire en matière de promotion du genre et droits de la femme

Côte d’Ivoire – Promotion du genre – Dans le cadre de la célébration internationale de la journée de la femme, le quotidien ‘’Financial Afrik’’, dans son numéro 58-du 15 mars au 14 avril 2019, est allée à la rencontre des femmes leaders qui incarnent la nouvelle vague dans le domaine du leadership, de l’entreprise et des affaires en général. Cela, tout en faisant le bilan en matière des droits de la femme.

Parmi ces femmes leaders, figure Euphrasie Kouassi Yao, coordinatrice du Compendium des Compétences féminines de Côte d’Ivoire, ainsi que Jeanne SISSOKO-ZEZE, Coach en Personal Branding et Directrice Générale de Reflet Consulting-Côte d’Ivoire, Fatoumata Ba, PDG de Janngo-Sénégal, Leila Bouamatou, DG de la Générale de Banque de Mauritanie, Seynabou DIA, PDG Global Mind Counsulting- Gabon, Marie Odile SENE KANTOUSSAN, DG de CFG Bourse-Dakar et Maria Nadolu, grand reporter -Roumanie.

« Les droits des femmes ont considérablement évolué en Afrique mais les préjugés demeurent  » , ont elles fait savoir.

Pour Euphrasie Kouassi Yao, ancienne ministre Ivoirienne de la femme et actuellement conseillère spéciale du président de la République chargée du genre, seule femme titulaire de la chaire UNESCO en Côte d’Ivoire, la Côte d’Ivoire assure efficacement la valorisation de  ses femmes et de ses jeunes femmes.

A lire aussi //Journée internationale des femmes: Top 5 des femmes qui luttent pour l’autonomisation de la femme

Elle par ailleurs salué les actions du gouvernement Ivoirien dans le cadre de la promotion du genre ainsi que celui de la valorisation de la femme.

Érigée en programme national de développement depuis le 2 mars 2016, le Compendium assure la formation de ses membres et les aide à l’obtention de crédits auprès des institutions financières et encourage les femmes entrepreneures à lancer leurs activités.

Distinguée par l’Association des Conseils en Lobbying et Affaires Publiques de Côte d’Ivoire (ACLAP-CI) parmi les 100 personnalités ivoiriennes les plus influentes en 2018, militante du genre, Euphrasie Kouassi Yao s’est dit déterminée à continuer à se battre pour la réduction  des inégalités économiques, sociales et politiques partout en Afrique en vue de parvenir à une paix durable.

Femmes et promotion de la paix en Côte d’Ivoire

« Les femmes jouent un rôle déterminant dans la promotion de la paix car elle représente près de la moitié de la population ivoirienne. Si les femmes qui représentent la moitié de la population vivent dans des conditions décentes elles contribueront efficacement au processus de paix », a affirmé Euphrasie Kouassi Yao.

Ce qui justifie d’ailleurs son combat et son engagement pour l’aboutissement d’une meilleure justice sociale, économique et politique entre les femmes et les hommes.

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Education – Grève des enseignants: Le gouvernement reçoit les syndicalistes juste après la conférence–débat

Published

on

Grève des enseignants - rencontre gouvernement ivoirien - grévistes

Côte d’Ivoire – Education – Grève des enseignants – Le gouvernement Ivoirien a convoqué une réunion en urgence dans la soirée du mardi 19 mars 2019 avec les grévistes. Cela, juste après la fin de la conférence-débat organisée par Côte d’Ivoire News. La question est de savoir, les journalistes ont-ils réussi leur pari, celui de briser le silence ?

Dans le but de briser le silence, face à la crise qui secoue en ce moment l’école Ivoirienne, le journaliste Fulbert Koffi, à travers son site d’information Côte d’Ivoire News, a organisé un plateau live avec les acteurs du système afin de permettre aux ivoiriens de comprendre le sujet.

Face à cette décision citoyenne, le ministère de l’éducation nationale aurait usé de tous les moyens afin d’annuler cette rencontre qui portait sur un sujet aussi important pour notre pays.

Vigilance observée par les organisateurs, le débat s’est enfin tenu avec la présence effective des invités.

Des raisons ainsi que des solutions ont été proposées pour mettre fin à la grève.

Cette conférence-débat a-t-elle réussie à porter des fruits ?

Juste après cette rencontre entre acteurs du système, le gouvernement Ivoirien s’est trouvé dans l’obligation de convoquer une réunion en urgence avec les syndicalistes.

Délégué par le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, c’est le ministre l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdallah Toikeusse Mabri qui a présidé cette rencontre interministérielle sur la situation de grève qui prévaut dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur.

Albert Mabri Toikeusse a, au nom du collège ministériel, plaidé pour la levée des mots d’ordre de grève et promis un cadre d’échanges qui sera mis en place par le Premier Ministre afin de discuter et trouver les solutions durables à tous les problèmes qui minent le système éducatif ivoirien.

Quant aux syndicats, ils ont promis convoquer leurs camarades à des Assemblées Générales Extraordinaires, pour adopter la conduite à tenir.

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Éducation – Côte d’Ivoire: Grève des enseignants dans l’éducation nationale, syndicats et parents d’élèves proposent le dialogue sincère

Published

on

Côte d’Ivoire – Éducation nationale – Les syndicats et parents d’élèves proposent le dialogue sincère, comme solution efficace à la crise de l’école ivoirienne. Cette proposition a été faite ce mardi, lors de la conférence-débat dénommée  » Débat Live » qui s’est tenue au théâtre de la cité.


A ce plateau Live exclusivement diffusé sur les réseaux sociaux de Côte d’Ivoire News, les représentants des syndicats des enseignants notamment, le Codec, le Cnec, le Synepci, ainsi que ceux des élèves et étudiants (Fesci, Geepci) sans oublier les mamans indignées, journalistes, députés et société civile, ont débattu sur le thème  »La crise de l’école ivoirienne, et si on brisait le silence? »
Côte d’Ivoire News, en collaboration avec le collectif des journalistes Citoyens ont réussit effectivement à briser ce silence.


Chaque partie a relevé ses raisons de revendications et impressions sur ce sujet qui paralyse le système.
Pour l’ensemble des syndicats, le système éducatif ne souffre rien d’autre que d’une mauvaise gestion de la hiérarchie.
Raison pour laquelle, chaque partie a proposé le dialogue , tout en insistant que cela soit sincère.
Il a été également proposé la mise en place d’un ministère en charge du dialogue social. Cela aura pour avantages de maximiser la communication entre les acteurs du système éducation, qui évitera d’ailleurs les revendications répétitives.

©CotedivoireNews
Abran Saliho

Lire Plus

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés