Connect with us

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire: Après la mise au point de Bacongo, Silver Konan fait des précisions

Published

on

André Silver Konan
Côte d’Ivoire – Débat autour du 3è mandat d’Alassane Ouattara, après la mise au point de Bacongo : Les 3 précisions d’André Silver Konan. Ci-dessous la déclaration du journaliste-écrivain et analyste politique.
 
Depuis avant-hier 9 juin 2018, je lis beaucoup de commentaires qui m’amusent pour certains et m’étonnent pour d’autres. Je n’avais pas voulu réagir, étant donné que je suis un adepte de la stratégie du silence, face aux fausses accusations, mais je vais néanmoins faire deux ou trois précisions, pour lever les équivoques, afin que ceux qui veulent comprendre, comprennent et que ceux qui veulent se réfugier dans la mauvaise foi et le dénigrement continuent s’ils le désirent.
 
Première précision et je mets tout le monde à l’aise, tout de suite : je suis entièrement et parfaitement d’accord avec Cissé Bacongo. Je partage cette partie de sa mise au point, aussi bien dans sa lettre que dans son esprit : “Le document qui circule sur la toile n’est rien d’autre qu’un Fake News, un faux, né d’un commentaire fait par un journaliste et publié sur sa page Facebook (André silver Konan) », nom au départ écrit André Konan Sylver, tout comme les dates, qui ont été par la suite, changées, dans la mise au point. Simples détails, au passage.
 
Deuxième précision : Bacongo ne dit pas ici que mon commentaire personnel est faux. Il est bien placé, en tant qu’intellectuel, qu’un commentaire est totalement libre, tandis que les faits eux, sont sacrés. Il dit que la citation qu’on lui prête et qui est manifestement fausse, est partie d’un commentaire bien vrai et libre, que j’ai fait. En clair, le faux est venu de ceux qui ont transformé mon commentaire personnel libre, en citation personnelle (donc en fait) de Bacongo. Nuance.
Troisième chose : Notez bien que dans mon commentaire personnel, je disais que « je résume sa pensée » (je n’ai même pas parlé de déclaration, mais de pensée, c’est un exercice intellectuel) en prenant bien soin de ne pas mettre mon commentaire personnel, entre guillemets.
Le résumé, on l’a tous appris à l’école, peut être fait au style direct, comme indirect. Et en ce qui me concerne, j’y ai ajouté une petite dose d’ironie, c’est mon style, chacun le sait. Maintenant, que des gens transforment mon commentaire personnel, fait sans guillemets, en citation personnelle de Bacongo, en y ajoutant des guillemets, cela relève bel et bien du faux et de la manipulation. Et ce n’est ni responsable, ni marrant.
Dans cette affaire, Bacongo, avec lequel j’ai longuement échangé, le lendemain de cette publication, toujours avec respect et beaucoup d’estime (ainsi agissent les intellectuels, les vrais) comme très souvent d’ailleurs ; est une victime, tout comme moi. Voici pourquoi je le soutiens, dans sa volonté de porter plainte, contre ceux qui ont transformé mon commentaire personnel, en une citation, qu’ils lui ont attribuée, sans aucune espèce de précaution intellectuelle, encore moins professionnelle.
 
Enfin, j’ai bien compris que mon activité intellectuelle que je décline sur mes comptes sur les réseaux sociaux, dérange. Énormément. Et j’ai aussi bien compris que certains tenteront tout, à défaut de me faire taire, d’une façon ou d’une autre (on se comprend), de me décrédibiliser dans l’opinion. En vain. Mais il faut sans doute plus que cela, pour m’avoir à l’usure.
 
Mes positions de principes, que j’ai défendues hier et qui m’ont valu, un bref passage en prison, alors que ceux qui étaient dans l’opposition, les soutenaient ; sont les mêmes que je défends aujourd’hui, alors que ceux qui étaient des opposants sont au pouvoir. Je suis un homme de principe, libre et engagé, je n’ai pas changé et je ne changerai pas. Je n’en veux pas à ceux dont les principes et les convictions sont à géométrie variable, tant ils changent les jours pairs, autant que les jours impairs. Bref. Dieu nous aide !

©CotedivoireNews

André Silver Konan
Abidjan le 11 juin 2018

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =

Cotedivoirenews

Concours de beauté: Dominique Ouattara marraine de Awoulaba 2019

Published

on

Côte d’Ivoire – Culture – concours de beauté – La première dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara est la marraine de l’édition 2019 du concours de beauté aux normes africaines dénommé « Awoulaba Côte d’Ivoire ».

Selon Geneviève Dahon, la présidente de cet évènement de alorisation et de promotion de la beauté authentique « made in Africa », les présélections de la compétition démarrent le 16 mars 2019 par la région de Man pour s’achever le 22 Juin à Abidjan Port-Bouët. Et la finale prévue pour le samedi 3 Août 2019.

La course à la succession de Tapé Lou Stéphanie (Awoulaba CI 2018) est donc lancée.

©CotedivoireNews pour Pressecotedivoire

Solange ARALAMON

Lire Plus

Cotedivoirenews

Diaspora: Un étudiant ivoirien victime d’une agression par un professeur en France

Published

on

Côte d’Ivoire – Diaspora – France – Les réseaux sociaux font échos depuis quelques jours d’une agression « verbale » qui frise le racisme, dont serait victime un étudiant d’origine ivoirienne, au département d’études en histoire-géographie de l’Université de Rennes 2 en France.

Les étudiants internationaux protestent en ce moment, contre la hausse des frais d’inscription dans les universités françaises. Comme il est de coutume, les étudiants sur autorisation de la résidence, obtiennent une dizaine de  minutes d’interventions en amphi pour passer les messages et informer l’ensemble des étudiants.
Une manifestation apparemment soutenue par la présidence de l’université qui a fourni l’autorisation, mais visiblement la démarche n’est pas du gout d’un professeur.
Ainsi, alors qu’il donnait son cours, le professeur par ailleurs directeur du département d’histoire de l’université a été interrompu par un groupe d’étudiants pour une petite intervention au sujet de la hausse de ces frais,  une situation habituelle, selon certains.
« Car Habituellement, les interventions en amphi durent 10 minutes et se passent toujours bien », raconte un étudiant à la presse.
Cependant, ce jour-là, rien ne se passera comme prévu. L’intervenant, un étudiant ivoirien, attendra quelques minutes sur le côté le temps que le professeur termine de parler.
Fatigué d’attendre, l’étudiant se rapproche de lui  afin de prendre la parole, il sera aussitôt renvoyé dans les cordes par l’enseignant qui le prendra par le col afin de le jeter dehors, le tout, en l’insultant de « connard ». « Le prof l’imitait avec un accent africain », indique un étudiant. La situation vire alors à la violente bousculade et l’étudiant ivoirien, en situation de handicap doit s’agripper à son professeur afin de ne pas se retrouver par terre. Un groupe d’élèves interviendra alors afin de les séparer et permettre au jeune ivoirien de livrer son message.
Les étudiants solidaires
« Le professeur le coupait à chaque fois en lui demandant s’il avait sa carte d’étudiant ou en l’imitant avec un accent africain » confirme un autre étudiant. À la fin du cours, l’enseignant s’en prendra ensuite à tout son amphi, qu’il accusera de ne pas l’avoir assez soutenu dans sa démarche. La nouvelle se répand très vite dans l’université. L’étudiant a reçu le soutien des organisations d’étudiants.
La présidence a confirmé l’incident et a assuré que des sanctions seront rapidement annoncées.
« S’il revient nous donner un cours à la rentrée, on quittera l’amphi… Et on ne sera pas les seuls », ont menacé les étudiants.

©CotedivoireNews

Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain pour Akody


Lire Plus

Cotedivoirenews

FESPACO 2019: Le film Ivoirien « Résolution » à la conquête de l’étalon d’or du Yennenga

Published

on

Culture – Cinéma – La Côte d’Ivoire est présente dans le starting-block pour la conquête du Grand prix du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), l’étalon d’or  du Yennenga avec un long métrage fiction intitulé « Résolution ».

La projection de presse, de ce film de 105 minutes, est programmée pour le 27 février à 8 heures au Ciné Nerwaya et le même jour à 18h 30 mn au Ciné Burkina. C’est le seul film ivoirien sur les 23 sélectionnés en course pour le sacre continental. Dans ce film coréalisé par Boris Oué et Marcel Sangne, et produit par  Evelyne Ily, il est question de la violence faite aux femmes et tout ce qui en découle. Lire la suite ici

©CotedivoireNews

Lire Plus

Tendances

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.