Exclusif : Soro – Ouattara, les dessous d’une discorde qui en dit long.

Soro - Ouattare, photo d'archives
Soro - Ouattare, photo d'archives

Côte d’Ivoire – L’actualité politique Ivoirienne est cristallisée depuis peu par une crise souterraine entre le président Ouattara et son président de l’Assemblée nationale. En politique les choses évoluent très vite et la relation Ouattara – Soro a beaucoup évolué atteignant un point mort que personne ne pouvait imaginer.

Le jour où Soro a osé dire cette vérité à son mentor

La révélation est de taille et pour la première fois © CotedivoireNews plonge dans les secrets du palais pour révéler un secret qui couve depuis sous la désormais guerre froide entre Soro et Ouattara.

Les malentendus entre « les deux alliés » selon une source bien introduite au palais présidentiel, remonteraient à l’après crise. Dans le schéma de Guillaume Soro après la double victoire sur Laurent Gbagbo, ce dernier et les autres caciques de son régime devraient être jugés et emprisonnés sur place pour ensuite être libérés sous le couvert de la réconciliation nationale. C’était le deal secret entre Ouattara et Soro. Mais contre toute attente Ouattara décide sous conseil du président Bédié de transférer Laurent Gbagbo à la Haye. « Le jour de la décision, un lundi après le conseil de gouvernement nous avons tout fait pour dissuader le président d’emmener Gbagbo à la Haye. Il nous a dit qu’il s’entretenait avec le président et nous reviendrait. La suite nous l’avons tous constatée » ; a confié un proche de Guillaume Soro qui affirme que le président Ouattara a agi avec la complicité de Bédié.

A lire aussi:  Exclusif: Après son arrivée, Ouattara pose une condition pour recevoir Soro

Pour ce proche du PAN la première trahison de Ouattara a été sur le dossier Gbagbo. Les choses vont commencer à se gâter entre les deux hommes quand après les législatives Soro a voulu être écarté de la présidence de l’Assemblée nationale. Un plan secret de la présidence voulait positionner un autre cadre du parti présidentiel ou laisser le PDCI assumer ce rôle à l’Assemblée. On se souvient encore de la fameuse phrase de Guillaume Soro implorant de lui laisser « sa petite place de président de l’Assemblée nationale ». Derrière le rideau Ouattara conspirait contre Soro nous dira une source dans l’entourage de celui-ci.

Révélation de taille

Si le changement de la constitution répondait au souci de mettre fin à une injustice du passé et surtout de doter le pays d’institutions modernes, elle cachait un plan secret. Cissé Bacongo le maître d’œuvre de la nouvelle constitution certainement dans ce fameux plan a été le premier à lancer le ballon d’essai du 3e mandat de Ouattara. Reçu en privé au mois de juin dernier par le président Alassane Ouattara, Guillaume Soro sera étonné d’entendre de ce dernier que le patronat français voudrait qu’il rempile un 3e mandat pour garantir les importants investissements réalisés depuis sa prise de pouvoir par les entreprises Françaises.

La réponse de Guillaume Soro fut certes poli mais négative. Il a osé dire en face d’Alassane Ouattara qu’il n’était pas question d’un 3e mandat ce qui trahirait leur engagement d’établir une alternance politique en Côte d’Ivoire. Notre source au palais indique que le président n’a pas du tout apprécié la réaction de Soro. Ouattara a espéré le soutien immédiat de son filleul et allié de sa victoire contre Gbagbo. Mais hélas la pomme de discorde a été consommée et ce tête-à-tête marque le début de cette crise que nous connaissons aujourd’hui.

Dans les couloirs de la présidence les langues se délient difficilement mais l’atmosphère qui règne présage un avenir orageux entre les deux alliés d’hier. Dans notre prochain dossier vous aurez la primeur de ce qui se prépare dans les deux camps dans la perspective de 2020 qui nous réserve beaucoup de surprises.

@CotedivoireNews

Fulbert KOFFI

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


17 − deux =