Libre opinion: Cacao, les conséquences de l’inconséquence par Kyria Touré

Côte d’Ivoire – Cacao – Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons quelques précisions. En Afrique les enfants ont toujours travaillé. Ce que la culture occidentale perçoit comme un travail correspond à une période de socialisation et un phénomène d’éducation en Afrique. Et même quand on fait travailler l’enfant, on lui confie des tâches en adéquation avec son âge et sa force. Dans les champs de riz on demande aux enfants de faire du bruit pour chasser les oiseaux. Dans les champs de cacao ils mangent et dorment plus qu’ils ne travaillent. Ça c’est le principe.

Par contre, ce que j’ai vu hier m’a choqué car il ne s’agit plus seulement de travail des enfants mais de trafic d’enfants. D’esclavage. Et tout ceci a bien une histoire. Dès 2002, le RDR dans la logique du conflit politique dans notre pays enclenche ce volet. Children of Africa multiplie les rapports envers des ONG internationales importantes et des chocolatiers. Des documentaires sont produits où la Côte d’Ivoire est accusée de vivre du travail des enfants. La campagne est tant réussie que le gouvernement de M. Gbagbo est obligé d’investir des milliards dans une contre campagne sinon le cacao ivoirien risque de perdre sa valeur et bonjour les dégâts dans la poche des producteurs. Mais le gouvernement Gbagbo est si piètre diplomate qu’il perd cette bataille. Des dizaines d’ONG débarquent dans notre pays pour mettre fin à ce qu’ils appellent le travail des enfants. Des industriels s’engagent à ne plus payer notre cacao s’il est produit par des gamins. Et pourtant, en vérité, il s’agissait de parents qui emmenaient leurs enfants avec eux aux champs.

Par contre, ce que j’ai vu hier est une horreur. Mme Ouattara est maintenant installée au palais avec son époux. Son ONG est déclarée d’utilité publique et reçoit donc des subventions publiques. On était donc en droit d’attendre qu’elle éradique ce phénomène. En lieu et place, elle a utilisé notre argent pour se construire une clinique privée. Dans le reportage de France 2 d’hier, ce ne sont plus des parents qui vont au champs avec leurs enfants mais on vend des gamins qu’on compare à des moutons. Pourquoi alors que la guerre est terminée et que l’état a repris le contrôle de tout le territoire national, il permet que des milliers de personnes vivent dans nos forêts classées? Pourquoi ferme t-on les yeux sur cette traite des enfants. On s’est tous indigné du spectacle libyen alors que pire se déroulait juste à côté. Comment ces cars bourrés d’enfants arrivent-ils à traverser tout le pays pour se retrouver dans nos forêts.
Et si, en fait, ces champs clandestins appartenaient à des barons du regime?

L’un dans l’autre, il faut tirer une leçon de tout cela: il ne faut jamais participer au dénigrement de son pays à l’étranger. C’est d’ailleurs pourquoi je n’ai pas goûté aux propos du patron de la CAF. La Côte d’Ivoire n’a pas attendue le travail de petits enfants burkinabé pour être 1er producteur mondial de cacao. Il faut mettre fin à ce trafic et ramener tous ces gens au Burkina Faso.

©CotedivoireNews

ÉpiCèTout par Kyria Touré

A propos de Côte d'ivoire NewsCi 1790 Articles
Le portail des villes de Côte d'Ivoire

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


7 + deux =