Connect with us

Cotedivoirenews

Libre Opinion: Macron et la classe de 28 élèves

Published

on

université Abidjan

C’est l’histoire d’un Chef d’Etat français qui en visite à Dakar, entre dans une salle de classe. Face aux élèves qui se lèvent pour lui faire déférence, il tient très surpris, la question suivante :
– Depuis quand êtes-vous 28 dans votre classe ?
– Depuis 03 jours monsieur ! répond une élève.
La vidéo qui immortalise cet échange franchit la barre du million de vue sur internet, en seulement moins de 2 heures. Ce succès ne tient pas à l’impertinence attribuée par certains au président Macron, ni à la grande gêne des officiels sénégalais qui l’accompagnaient. Il réside ailleurs.

En effet, les autorités de ce pays frère ont tenté de maquiller un mal pernicieux dont souffre notoirement l’école africaine : le surpeuplement des classes. La supercherie était trop flagrante pour passer inaperçue. Elle a été découverte. Et honte s’en est suivie!
Pourquoi masquer les apparences, quand on a demandé et obtenu l’onction du peuple pour les changer ? Pourquoi nos dirigeants, une fois au pouvoir, rechignent-ils à traiter frontalement les problèmes qu’ils dénonçaient avec véhémence, quand ils étaient dans l’opposition ?
Au-delà de Dakar et ses autorités, c’est toute la classe dirigeante africaine qui est indexée. Elle est passée maître dans l’art d’apporter des solutions conjoncturelles (donc pas toujours appropriées ni durables), à des problèmes structurels qui eux, s’éternisent et s’amplifient.
Dans un continent où tous les chiffres et indicateurs de bien-être qui sont cités dans les discours officiels sont continuellement dopés, les populations triment dans le surpeuplement tout azimut : surpeuplement des écoles, des universités, des bus, des prisons, des maternités, des hôpitaux. Avec son corollaire de chômage criard.
Comment comprendre qu’un demi-siècle après nos indépendances, nous en soyons encore à ce stade de dénuement généralisée ?

Depuis 1960, nous vivons embourbés dans le suivisme quasi-aveugle non pas des projets de société, non pas de perspectives prometteuses, mais des leaders politiques et ceux qui se présent comme tel. Nous suivons des hommes, en lieu et place d’idéaux.
A preuve, comment s’expliquer qu’un pays comme la Côte d’Ivoire, qui a été dirigé par toutes les têtes significatives de son échiquier politique, se retrouve plus que jamais dans la tourmente ? Notre économie libéralisée aux extrêmes, accentue la paupérisation des couches les moins favorisées, au profit des grands groupes à capitaux pourtant étrangers. Alors que la priorité devrait être la promotion des nationaux. Notre tissu sociopolitique est fragmenté, alors que se poursuivent les condamnations judiciaires de plusieurs cadres de l’opposition. Ce qui met à mal la cohésion sociale. Nous assistons en ce moment à un divorce en sourdine entre les deux principales forces au pouvoir, à l’orée de 2020. Guéguerre de positionnement. Non pas pour l’amélioration des conditions de vie des ivoiriens, mais juste pour garder le pouvoir et posséder les clés des trésors .

Les ivoiriens sans le savoir, n’ont fait que le lit de leurs leaders politiques. La Côte d’Ivoire est restée stagnante dans bien de domaines, et incapable de redistribuer équitablement à ses fils et filles, ses richesses pourtant abondantes. Ce qui contraint le pays à persister dans un cycle d’endettement.
Si en plein 21è siècle, 60 ans après nos indépendances, le fait pour un occidental de voir en Afrique une salle de classe de 28 élèves, relève du surréalisme, chacun de nous devrait ressentir en lui le poids de son attentisme et son immobilisme, dans le laxisme et l’abandon de responsabilité de nos dirigeants.
Marcus Garvey a dit :  » Il est possible que nous ne vivions pas tous la réalité d’un empire africain si fort, si puissant qu’il imposerait le respect à l’humanité, mais nous pouvons cependant durant notre vie travailler et œuvrer à faire de ce projet une réalité pour une autre génération « .
Côte d’Ivoire, réveille-toi !

©CotedivoireNews

Une contribution libre de Hamed Koffi Zarour

Cotedivoirenews

Infrastructures- 5ème pont Plateau-Cocody: Le premier ministre Amadou Gon lance les travaux de construction

Published

on

Pose de la première pierre du 5 e pont

Côte d’Ivoire – Infrastructures – Le premier ministre Amadou Gon a présidé la cérémonie de lancement des activités de construction du 5ème pont d’Abidjan devant relier les communes du Plateau et Cocody. C’était ce vendredi 22 mars 2019, en présence de plusieurs personnalités.

Le pont à haubans de la baie de Cocody, a été financé par la BID (Banque islamique de développement) à hauteur de 77,5 milliards FCFA pour un délai de réalisation de 24 mois (2 ans).  Il s’étendra sur 1,5 KM avec un hauban de 200 m.

Au nom du président de la République, le premier ministre Amadou Gon a indiqué que la réalisation de ce pont s’inscrit dans le cadre du projet de Sauvegarde et de valorisation de la baie de Cocody et de la lagune Ebrié (PABC).

 ’’ A travers la réalisation de ce pont, le chef de l’Etat met en œuvre sa grande vision pour la Côte d’Ivoire, en mettant un accent particulier sur les infrastructures routières, supports de l’économie’’ a-t-il indiqué. Avant de précisé que cette infrastructure représente le symbole  de la qualité de la coopération entre la Côte d’Ivoire et le Maroc.

Parlant des impacts socio-économiques, Amadou Gon a souligné que cela permettra de faciliter le trafic routier, d’établir une liaison directe entre les communes du Plateau (Cathédrale St Paul) et de Cocody (Eglise St Jean), de réduire le trafic dans le secteur du carrefour de l’Indénié et d’apporter une amélioration en terme de temps de parcours et de sécurité.

Cela a été l’occasion pour le directeur régional du bureau Afrique de l’ouest de la Banque Islamique de Développement, Sidi Mohamed Ould Taleb, d’exprimé la joie et tout l’honneur de la structure bancaire qu’il représente, pour avoir contribué au financement (77,5 milliards FCFA) du pont à haubans de la baie de Cocody.

Quant à l’ambassadeur du Maroc, S.E.M. Abdel Malek; il a soutenu l’idée selon laquelle, ’’l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique, capable de réaliser ses propres projets ».

©CotedivoireNews

Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Politique: Rencontre Affi – Gbagbo, les dessous d’un rendez-vous manqué

Published

on

Rendez-vous manqué de Gbagbo et Affi

Côte d’Ivoire – Politique – Le président Affi N’Guessan avait produit il y a deux jours, une déclaration selon laquelle il se rendait à Paris puis à Bruxelles pour rendre visite au président Laurent Gbagbo. Cette rencontre n’a malheureusement pas eu lieu pour diverses raisons. Ci-après les dessous de ce rendez-vous manqué.

COMMUNIQUÉ

Militantes et militants du FPI,

Démocrates ivoiriens,

Mesdames et messieurs,

Je vous écris depuis l’aéroport Charles de Gaulle, d’où je suis en partance pour Abidjan.

Depuis deux jours je suis à Paris en raison de ce que M. Acka Emmanuel, un ami du président Gbagbo, m’a assuré de ce que ce dernier avait accepté de me recevoir à Bruxelles. Il m’a même autorisé à rendre publique l’information relative à cette rencontre.

L’entretien avec le président Gbagbo devait se dérouler en présence de M. Assoa Adou. J’ai fait escale à Paris pour que M. Acka et moi fassions chemin ensemble. À ma grande surprise, à mon arrivée à Paris, M. Acka Emmanuel me fait comprendre que le président Gbagbo exige avant de me recevoir que je fasse, au préalable, une déclaration sur Radio France internationale (RFI). Le journaliste Norbert Navaro m’attendait pour celle-ci.

J’ai trouvé l’esprit de cette déclaration, son contexte et son contenu méprisant, insultant et contraire à l’esprit de réconciliation et d’unité du parti qui m’anime. En conséquence, j’ai refusé, j’ai dit « NON ».

Je n’ai donc pas pu me rendre à Bruxelles pour rencontrer le président Gbagbo. J’ai été bloqué à Paris. Je retourne à Abidjan où, dans les prochains jours, j’animerai une conférence de presse en vue d’éclairer l’opinion publique sur les circonstances et les raisons pour lesquelles la rencontre a échouée.

Pour ma part, je reste toujours disponible et résolument engagé à œuvrer pour l’unité du parti et pour la réconciliation entre les filles et les fils de la Côte d’Ivoire.

Paris, le 22 mars 2019,

Pascal Affi N’Guessan.

Lire Plus

Cotedivoirenews

Message du gouvernement, à l’occasion de la célébration de la journée internationale des forêts et de la journée mondiale de l’eau édition 2019

Published

on

Célébration de la journée internationale des forêts-2

Côte d’Ivoire – Ministère -Célébration de la journée internationale des forêts, le ministre Alain Donwahi sensibilise les élèves au planting des arbres




Chers concitoyens ;
Chers habitants de la Côte d’Ivoire ;
Mesdames et Messieurs

Le rôle capital des forêts et des ressources en eau pour la vie, pour les activités humaines, pour la durabilité des écosystèmes et le développement socio-économique, est aujourd’hui unanimement reconnu.

Ainsi, l’Organisation des Nations Unies, ayant pris la pleine mesure du phénomène alarmant de la déforestation et des menaces de toutes sortes qui pèsent sur la qualité et la disponibilité des ressources en eau, a proclamé, pour chaque année,
le 21 mars, « Journée Internationale des Forêts ».
et le 22 mars, « Journée Mondiale de l’Eau ».
Au cours de ces journées, tous les habitants de notre planète sont invités à reconnaître la valeur et l’importance des forêts et des ressources en eau, tant pour les générations actuelles que pour celles à venir.

En ce qui concerne la Journée Internationale des Forêts, le thème retenu pour l’année 2019 est : « Les forêts et l’éducation ».
A travers ce thème, l’humanité doit prendre conscience de la nécessité de s’inscrire dans une démarche d’éducation éco-citoyenne autour des enjeux de la forêt.

Il est donc important de sensibiliser les populations, et en particulier les enfants et les jeunes sur l’importance des forêts et des arbres, afin de les intégrer dans notre milieu de vie.
En ce qui concerne la Journée Mondiale de l’Eau dont nous célébrons cette année la 27ème édition, le thème est « NE LAISSER PERSONNE DE COTE ».

A l’occasion de ces célébrations, les établissements scolaires sont invités à initier à l’attention des élèves, des activités axées sur :
– des visites en forêt et aux abords des cours d’eau;
– des séances de sensibilisation sur les différentes fonctions des forêts et des eaux;
– l’organisation de divers concours sur la thématique de la forêt et des ressources en eau.
Il s’agit principalement de réintégrer la nature dans le système éducatif pour sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge à l’écologie et aux problématiques environnementales.

Pour y parvenir, le Ministère des Eaux et forêts a initié depuis le 10 juin 2013, un projet intitulé « Une école, 5 ha de forêt » qui est en cours sur l’ensemble du territoire national.

A ce projet, il faut désormais ajouter l’initiative prise le 15 novembre 2018 par Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, d’instituer l’opération « Un Ivoirien, un arbre planté chaque année pour la paix », à l’occasion de la « Journée de la paix en Côte d’Ivoire ».
C’est le lieu d’inviter toutes les couches sociales et en particulier les établissements scolaires, secondaires et universitaires à organiser sur toute l’année 2019 des activités en faveur de la forêt.

Concernant « La Journée Mondiale de l’Eau », son thème correspond bien à l’un des quatre principes de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE), à savoir que « la mise en valeur et la gestion de l’eau doivent avoir un caractère participatif, en associant les utilisateurs, les planificateurs et les décideurs à tous les niveaux ».

A ce propos, sous l’égide de Monsieur le Président de la République, le Gouvernement a organisé en 2015, les Etats Généraux de la Forêt, de la Faune et des Ressources en Eau, dont l’une des recommandations a permis en février 2018, la création d’une Direction Générale des Ressources en Eau, au Ministère des Eaux et Forêts.
A travers cette action, le Gouvernement démontre son intérêt à développer les ressources en eau et à créer un cadre de concertation des acteurs sectoriels.

Il s’agit, en 2020, d’élaborer une politique nationale de l’eau, une politique volontariste et engagée, assortie d’une loi d’orientation et d’un plan national de gestion intégrée des ressources en eau. 
Chaque habitant de notre pays doit prendre conscience de l’utilité de l’eau pour en faire une exploitation rationnelle et durable, car aucune vie n’est possible sans eau ! En un mot, luttons tous ensemble pour préserver nos ressources en eau.

C’est le lieu pour nous, d’exprimer les remerciements du Gouvernement ivoirien aux différents Partenaires Techniques et Financiers dont l’appui n’a jamais fait défaut à notre pays.

Mesdames et Messieurs,
Chers Compatriotes,

Nous avons le devoir d’inculquer à tous nos concitoyens et singulièrement à nos enfants qui constituent l’avenir du pays, l’importance des forêts et des ressources en eau. En agissant ainsi, nous sommes persuadés que personne ne sera «laissée de côté» 

Oui, nous pouvons gagner ce pari ! Et nous devons le gagner, pour léguer aux générations futures, un pays écologiquement viable !

Vive la forêt ivoirienne réhabilitée!

Vivent les ressources en eau, en quantité et en qualité !

Pour que vive une Côte d’Ivoire prospère dans un environnement sain!

Je vous remercie.

Lire Plus
Advertisement Enter ad code here

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés