Connect with us

Cotedivoirenews

Musique: “On ne jouera plus du Playback” au FEMUA (Organisateur)

Published

on

Cérémonie de lancement du FEMUA-2018

Côte d’Ivoire – Musique – Le commissaire général du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA), Salif Traoré alias A’Salfo du groupe ivoirien Magic System, a annoncé jeudi à Abidjan « qu’on ne jouera plus du playback » à la 11e édition prévue du 17 au 22 avril, lors de la cérémonie de lancement du festival.

“En Côte d’Ivoire les artistes ne font plus du live. Tout le monde est dans la machine, on écoute des voix qui sont travaillées dans un vocodeur. (…) On ne jouera plus du playback au FEMUA, c’est terminé”, a dit M. Traoré, estimant qu’après 10 éditions, “c’est un nouveau cycle qui commence” pour ce festival, “l’édition 1 d’une nouvelle version” qui se met en place.

Il a assuré que les artistes bénéficieront à cet effet d’un “coaching” qui leur permettra également de mieux gérer leurs carrières et en savoir plus sur les droits d’auteur, face à des dizaines de journalistes dans une salle comble à Marcory (sud d’Abidjan).

Plus de 150.000 festivaliers et 180 journalistes nationaux et internationaux sont attendus pour la 11e édition du FEMUA dont le site a été déplacé au terrain de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), le village d’Anoumabo (Marcory) où se sont déroulées les précédentes éditions, étant “en plein travaux de bitumage”.

“L’INJS, avec toutes ses infrastructures”, mises en place pour accueillir les jeux de la Francophonie en juillet 2017, permettra d’”héberger nos 300 invités qui viennent de l’étranger” et abriter “toutes les activités annexes et connexes”, a souligné A’Salfo, en présence des trois autres membres de son groupe, du ministre de la Culture, Maurice Bandaman, entre autres personnalités des milieux politique et artistique.

Avec 15 artistes nationaux et internationaux en têtes d’affiche, le FEMUA 11 sera décentralisé à Korhogo où auront lieu plusieurs activités, de même que le concert de clôture.

Axé autour du thème de l’immigration clandestine de la jeunesse africaine, le festival voit son logo accompagné d’un graphique représentant “sept têtes d’immigrés dans un bateau” dans la mer, avec une courbe verte “pour dire qu’il y a des vies qui sont enterrées dans cet océan”, a expliqué Salif Traoré.

“Il ne faudrait pas que la Méditerranée soit le cimetière des jeunes africains”, a poursuivi M. Traoré pour qui il est “important de (se) pencher sur ce fléau” en abordant le sujet avec la jeunesse afin de connaître les raisons pour lesquelles “des jeunes sacrifient leur vies pour une aventure incertaine”.

Initié en 2008 par le lead vocal de Magic System, A’Salfo, et caractérisé par ses nombreuses actions sociales (constructions d’écoles entre autres), le FEMUA réunit chaque année sur une même scène des artistes de divers horizons à Anoumabo, le village où les membres du célèbre groupe ivoirien ont grandi et démarré leur carrière.

 

© CotedivoireNews

Lire Plus
Clickez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + dix-sept =

Cotedivoirenews

Concours de beauté: Dominique Ouattara marraine de Awoulaba 2019

Published

on

Côte d’Ivoire – Culture – concours de beauté – La première dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara est la marraine de l’édition 2019 du concours de beauté aux normes africaines dénommé « Awoulaba Côte d’Ivoire ».

Selon Geneviève Dahon, la présidente de cet évènement de alorisation et de promotion de la beauté authentique « made in Africa », les présélections de la compétition démarrent le 16 mars 2019 par la région de Man pour s’achever le 22 Juin à Abidjan Port-Bouët. Et la finale prévue pour le samedi 3 Août 2019.

La course à la succession de Tapé Lou Stéphanie (Awoulaba CI 2018) est donc lancée.

©CotedivoireNews pour Pressecotedivoire

Solange ARALAMON

Lire Plus

Cotedivoirenews

Diaspora: Un étudiant ivoirien victime d’une agression par un professeur en France

Published

on

Côte d’Ivoire – Diaspora – France – Les réseaux sociaux font échos depuis quelques jours d’une agression « verbale » qui frise le racisme, dont serait victime un étudiant d’origine ivoirienne, au département d’études en histoire-géographie de l’Université de Rennes 2 en France.

Les étudiants internationaux protestent en ce moment, contre la hausse des frais d’inscription dans les universités françaises. Comme il est de coutume, les étudiants sur autorisation de la résidence, obtiennent une dizaine de  minutes d’interventions en amphi pour passer les messages et informer l’ensemble des étudiants.
Une manifestation apparemment soutenue par la présidence de l’université qui a fourni l’autorisation, mais visiblement la démarche n’est pas du gout d’un professeur.
Ainsi, alors qu’il donnait son cours, le professeur par ailleurs directeur du département d’histoire de l’université a été interrompu par un groupe d’étudiants pour une petite intervention au sujet de la hausse de ces frais,  une situation habituelle, selon certains.
« Car Habituellement, les interventions en amphi durent 10 minutes et se passent toujours bien », raconte un étudiant à la presse.
Cependant, ce jour-là, rien ne se passera comme prévu. L’intervenant, un étudiant ivoirien, attendra quelques minutes sur le côté le temps que le professeur termine de parler.
Fatigué d’attendre, l’étudiant se rapproche de lui  afin de prendre la parole, il sera aussitôt renvoyé dans les cordes par l’enseignant qui le prendra par le col afin de le jeter dehors, le tout, en l’insultant de « connard ». « Le prof l’imitait avec un accent africain », indique un étudiant. La situation vire alors à la violente bousculade et l’étudiant ivoirien, en situation de handicap doit s’agripper à son professeur afin de ne pas se retrouver par terre. Un groupe d’élèves interviendra alors afin de les séparer et permettre au jeune ivoirien de livrer son message.
Les étudiants solidaires
« Le professeur le coupait à chaque fois en lui demandant s’il avait sa carte d’étudiant ou en l’imitant avec un accent africain » confirme un autre étudiant. À la fin du cours, l’enseignant s’en prendra ensuite à tout son amphi, qu’il accusera de ne pas l’avoir assez soutenu dans sa démarche. La nouvelle se répand très vite dans l’université. L’étudiant a reçu le soutien des organisations d’étudiants.
La présidence a confirmé l’incident et a assuré que des sanctions seront rapidement annoncées.
« S’il revient nous donner un cours à la rentrée, on quittera l’amphi… Et on ne sera pas les seuls », ont menacé les étudiants.

©CotedivoireNews

Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain pour Akody


Lire Plus

Cotedivoirenews

FESPACO 2019: Le film Ivoirien « Résolution » à la conquête de l’étalon d’or du Yennenga

Published

on

Culture – Cinéma – La Côte d’Ivoire est présente dans le starting-block pour la conquête du Grand prix du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), l’étalon d’or  du Yennenga avec un long métrage fiction intitulé « Résolution ».

La projection de presse, de ce film de 105 minutes, est programmée pour le 27 février à 8 heures au Ciné Nerwaya et le même jour à 18h 30 mn au Ciné Burkina. C’est le seul film ivoirien sur les 23 sélectionnés en course pour le sacre continental. Dans ce film coréalisé par Boris Oué et Marcel Sangne, et produit par  Evelyne Ily, il est question de la violence faite aux femmes et tout ce qui en découle. Lire la suite ici

©CotedivoireNews

Lire Plus

Tendances

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.