Connect with us

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire – Orpaillage clandestin et terrorisme: Le président Bédié avait donc raison…

Published

on

ORPAILLAGE CLANDESTIN

Côte d’Ivoire – Société – En  2019, le Président Henri Konan BEDIE, président du PDCI-RDA avait jeté un véritable pavé dans la mare, en attirant l’attention du gouvernement et des ivoiriens sur le danger qui guette le pays, si un certain nombre de problèmes  n’était pas pris à bras le corps, et si des actions vigoureuses n’étaient pas entreprises pour les endiguer.

Les réactions aux déclarations du président du PDCI-RDA, furent nombreuses et variées.

Très vite, le gouvernement et les pontifes de la case ronde, avaient embouché leur trompette favorite pour parler de xénophobie, « d’ivoirité », de haine des nordistes, etc. et surtout s’étaient adonnés à leur jeu favori…la victimisation !

Pourtant, les problèmes soulevés par M. BEDIE, méritaient qu’on s’y arrête, qu’on en débatte, même si, suivant l’angle où on se place pour faire l’analyse, on pouvait avoir des convictions, des conceptions et des opinions différentes. Cependant les faits étaient là, palpables et jouer le singe de la peinture qui ne voit rien, n’entend rien et ne parle de rien, est véritablement indécent ! Examinons l’une des préoccupations de M. Bédié pour nous faire une idée.

– Le phénomène des orpailleurs clandestins

Ce phénomène, présent dans le septentrion ivoirien depuis la division du pays suite à la tentative du coup d’état de 2002, s’est généralisé à tout le pays à une vitesse vertigineuse depuis la fin de la crise électorale en2011. C’est un secret de polichinelle que de l’affirmer. Toutes les régions sont concernées. Les rives de certains de nos cours d’eau sont prises d’assaut, dénaturant durablement l’environnement ; les produits chimiques comme le mercure utilisés, détruisent la faune et la flore de ces cours d’eau.

Ces sites d’orpaillage, sont de véritables citadelles surveillées par des hommes armés où les populations ne peuvent s’y aventurer, ni se plaindre. Nombre de ces populations riveraines se plaignent, mais leurs plaintes ne dépassent guère les limites de leurs villages et au mieux de leurs sous-préfectures !

Qui n’a pas en mémoire le gendarme tué par les orpailleurs dans un site dans la région de Korhogo ? Que se sont devenus les meurtriers de ce gendarme en service ? De quelles sanctions ont-ils écopé ?

Qui se trouve derrière ces orpailleurs qui n’ont aucun agrément de l’Etat, et pourtant opèrent avec tant d’assurance dans un pays de droit?

Ces hommes armés qui gardent les citadelles, ont-ils des permis de port d’armes ?

Présents dans toutes les régions de Côte d’Ivoire, ces hommes armés représentent un danger pour les populations ; s’interroger sur le bienfondé de leur présence partout dans le pays, ou même dénoncer leur présence n’est nullement de la xénophobie. Il revient au gouvernement d’éclairer notre lanterne et d’expliquer la présence de ces individus armés partout en Côte d’Ivoire.

Récemment, face aux vénérables sénateurs, le ministre d’Etat, ministre de la Défense a déclaré : « … nous avons fait des statistiques récemment et nous avons constaté que les populations  étrangères venant des pays limitrophes étaient les plus nombreuses à aller à l’orpaillage surtout clandestin en Côte d’Ivoire… ».

Or, selon Dr Lassina Diarra, chercheur, spécialiste du terrorisme et de l’Islam, l’orpaillage clandestin pourrait être un terreau fertile pour le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest, alors…vigilance !

Le président Bédié avait donc eu raison très tôt en tirant la sonnette d’alarme, et il y a lieu de le reconnaître sans faut fuyant !

Par ailleurs, la Côte d’Ivoire est le seul pays où des nationaux ont des poussées d’urticaire dès qu’on prononce le mot «étranger ». Maintenant que le ministre d’Etat, ministre de la Défense en parle, attendons de voir.

Au-delà des réactions suscitées par la déclaration de M. Bédié, et celle de M. Téné Birahima, il est temps que nous apprenions à surmonter nos émotions et à mener  sereinement les débats pour notre survie de demain.

Demain est certes un autre jour, mais demain arrive toujours et l’ivraie sera séparée du vrai.

Cotedivoirenews

« Entrepreneuriat solidaire » : La solution de l’ONG “Union Pour le Progrès” pour la lutte contre la pauvreté – la précarité des salariés

Published

on

Côte d’Ivoire – Société – L’ONG “Union Pour le Progrès” (UPP), organisation de la société civile spécialisée dans l’économie, notamment dans l’Entrepreneuriat tient, une conférence dite des “Bailleurs de Fonds de Proximité” le 05 Octobre dans un hôtel de la place, pour présenter un nouveau modèle entrepreneurial baptisé “Entrepreneuriat-solidaire”.

Mettre à la disposition des populations ici en Côte d’Ivoire, ailleurs en Afrique et dans le monde dans quel que activités que ce soit, un modèle de développement économique innovant et efficace à même de sortir les adhérents à son programme ‘RESO’, de la Pauvreté, de la Précarité, des inégalités sociales, du chômage et de tout autre “impureté” produite par le système de développement actuel. Tel est le défi qu’entend relever l’ONG “Union Pour le Progrès” après quelques années d’expérimentation de son programme “RESO” (Réseau de Solidarité Economique).

Un nouveau modèle de développement basé sur la solidarité économique qui consiste au financement de projets des promoteurs et PME par des épargnants (salariés, diaspora, entrepreneurs…) en quête d’opportunités en qualité d’associé pour créer des entreprises de type solidaire « Entreprise-solidaire » (E-S) ; et ensemble, se développer durablement…

Aux dires du Président de cette ONG créée en 2004, Monsieur Yao Noé : « C’est une nouvelle forme d’entreprise dont la constitution et le fonctionnement diffèrent des sociétés à capitaux de type S.A.R.L, S.A. caractérisées par le regroupement d’associés de même condition sociale.

Ce qui est déjà source d’inégalités sociales ; au capital “figé” d’où la rigidité et le manque de souplesse dans le financement d’un plus grand nombre de projets et dans lequel le dividende perçu au prorata des apports des associés indéfiniment est source d’égoïsme… »

Autant d’incongruités et de préoccupations pour le responsable de cette ONG qui entend résoudre ce qu’il considère comme défavorable au développement inclusif ; en proposant l’Entrepreneuriat-solidaire axé sur la solidarité économique, explique-t-il est une nouvelle voie de développement capable de libérer les travailleurs, les promoteurs de projets… et les Etats de ce système égoïste.

Le fondement juridique, comptable et l’aspect social de l’Entreprise-Solidaire (E-S) seront développés à la conférence.A cette conférence-événement, il s’agira donc pour les organisateurs de sensibiliser les institutions, les ministères, les organismes, les entrepreneurs, les Gestionnaires de fonds de développement à la solidarité économique en finançant le projet pilote du programme en Côte d’Ivoire afin d’indiquer la voie du vrai développement aux décideurs politiques de tout pays qui subissent le mécontentement des populations face à l’inflation (la vie chère), les violences, la pauvreté…et aussi, soulager les Hommes & Femmes d’affaires qui subissent la grogne récurrente des salariés pour insuffisance de salaire dans cet environnement économique incertain dû au Covid-19 et le conflit Russo-Ukrainien.

L’ « Entrepreneuriat-solidaire », la voie de l’espoir de tous. L’ONG attend donc à cette conférence des « Bailleurs de Fonds de Proximité », les Amoureux du vrai développement de tout pays.

Abran SALIHO avec Sercom

Lire Plus

Cotedivoirenews

Press-Club AJEFCI: Journalistes et population ivoirienne invités à investir dans la bourse

Published

on

Côte d’Ivoire – Économie – Bien ancrés dans les mœurs en Europe et dans bien d’autres continents ,les investissements ou épargnes en bourse sont à leurs premiers pas sous nos tropiques.La bourse elle même demeure un gros mystère pour les populations . C’est donc dans l’optique de briser ce plafond de verre et permettre aux populations de se familiariser avec cette institution que l’Association des journalistes économiques et financiers de Côte d’Ivoire ( AJEFCI ) a organisé son premier Press Club ce vendredi 09 septembre à la Maison de la Presse au Plateau ( MPA).

« Rendre les informations boursières plus accessibles au grand public, encourager les populations à l’épargne publique grâce à la Brvm et l’introduction de Orange Côte d’Ivoire à la Brvm « ,voici la principale thématique que M.Brice KOUAO,le fondateur de l’Ecole de la Bourse a développée au cours de sa brillante intervention et lors des échanges avec la trentaine de journalistes présents.Aux lignes initiales de son intervention , l’Expert a dévoilé les mobiles pour lesquelles les entreprises entrent en bourse. » Elles y vont soit pour lever des fonds via des emprunts obligataires ,lever de fonds par la création d’actions nouvelles ,mettre en place des mécanismes de privation et pour leur notoriété  » ,a-t-il dit avant d’ajouter  » La levée de fonds se fait sur un marché primaire sur présentation de la note d’information et le bulletin de souscription.La levée de fonds peut également se faire sur un marché secondaire »

La bourse ,plus flexible
Le deuxième axe de l’intervention de M.Brice KOUAO a porté sur l’intéret qu’a le grand public a investir en bourse.Car faut-il le souligner ,à côté des États et des entreprises qui bénéficient de conditions favorables pour lever des fonds sur le marché de l’UEMOA ,les investisseurs et toutes les couches de la population peuvent acheter des actions et lever également des fonds.Ce par le truchement des Sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI).Il en va de même pour les Petites Moyennes Entreprises admises 3e compartiment de la BRVM.La bourse est flexible dans ses conditions et offre plus garantie au contraire des établissements bancaires.« Selon les données de la Bceao de mars 2020, 71% des crédits bancaires du système ivoirien sont des prêts de moins d’un an, et seulement 15% sont des prêts de plus de 5 ans. Alors, dans une économie qui est censée se construire des infrastructures (…), comment peut- on avoir plus de 2/3 du financement qui est un financement à court terme ? », s’est-il interrogé.Ainsi « une entreprise qui veut lever des fonds sur le long terme est bloquée à l’état actuel et vous l’entendez dans le discours des entrepreneurs, mais en fait elles (ces entreprises) ne devaient pas être bloquées puisque dans le capitalisme, il existe plusieurs mécanismes de financements; le système bancaire mais aussi les marchés financiers », a-t-il poursuivi.

Environ 330 milliards de Fcfa de revenus redistribués en 2021.
Toujours au chapitre des intérêts qu’ont les entreprises et investisseurs ou épargnants à aller en bourse ,c’est qu’ils récoltent des gains en capital à travers une plus value et également des revenus ( dividendes ).

 » Les entreprises qui sont cotées à la BRVM partagent une partie de leurs bénéfices ou quand il s’agit d’emprunt obligataire,paient des intérêts aux investisseurs.

En 2020 ,2021,environ 330 milliards de francs CFA de revenus ont redistribués .100 à 110 milliards CFA de dividendes et environ 200 milliards CFA d’intérêts.Ce sont des ressources disponibles pour le grand public si tant est que ce grand public là sait investir et capter sa part de richesse. »,a expliqué le fondateur de l’Ecole de la Bourse qui poursuit. » On prend le cas des entreprises d’Etat comme la CIE et la SODECI qui a réalisé un bénéfice de 4,3 milliards FCFA entièrement redistribué aux populations et aux investisseurs ».

Brice KOUAO n’a pas manqué de lancer un appel à toute la population afin qu’elle s’intéresse à la bourse et y investisse. » Voyez vous ,un médecin ,un professeur ou un ivoirien lambda qui aurait investi une partie de son épargne à la Sodeci ,recevrait une partie de ses bénéfices .C’est 48,5 % du capital de Sodeci qui est disponible pour le grand public.Une action coûtait 2500 en octobre 2020 et aujourd’hui elle est passée à 5000 FCFA. »,a-t-il indiqué.Puis de préciser  » Toutes les personnes qui ont une épargne de 20 mille ou 25000 FCFA peuvent acheter des actions de la Sodeci et constituer son capital progressivement ».
Initiateur de ce Press-Club avec son équipe , Stéphane SOUMAHORO ,le président de l’AJEFCI a dit toute sa satisfaction au soir de ce rendez-vous. » Je suis pleinement satisfait de l’engouement.On ne s’attendait pas à une telle mobilisation. Nous avons enregistré des journalistes d’autres spécialités aux côtés des journalistes économiques.Cela veut dire qu’il y a de l’intérêt pour les sujets économiques et comment les traiter de façon qualitative »,s’est- il réjoui. Ce Press-Club a enregistré la participation de Franck BERTHOD , Éditeur d’ENTREPRENEUR IN AFRICA.La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières ( BRVM) a également apporté son appui à l’AJEFCI.Après cette première grosse activité de l’AJEFCI ,le cap sera mis sous peu sur un séminaire à la BRVM.

Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Côte d’Ivoire : Mabri Toikeusse, comme Amon Tanoh et Amoa Urbain

Published

on

Côte d’Ivoire – Politique – Il en va de la vie des hommes comme celle des partis politiques. La recherche du bien-être et de réponses aux nombreuses préoccupations existentielles qui les assaillent, les conduit à se fixer un but et des objectifs à réaliser pour y arriver. Mais il arrive que, las d’attendre des résultats probants qui ne viennent pas, fatigués de parcourir des chemins tortueux, parsemés d’embûches, et surtout las de tirer le diable par la queue, la solution souvent usitée, est de changer le fusil d’épaule ou d’explorer d’autres horizons.

Pour les hommes politiques ivoiriens et leurs partis, le raccourci est vite pris de se renier, « de manger leur totem », en ralliant celui qui fut l’adversaire politique, qu’on a combattu de toutes ses forces : le Rhdp.

CÔTE D’IVOIRE : LA TRANSHUMANCE EST-ELLE CONSUBSTANTIELLE AU CHEMINEMENT DES HOMMES POLITIQUES ?

C’est en ce moment qu’on les entend parler de paix et de stabilité du pays à sauvegarder, comme si intégrer ce parti en est la solution. C’est également en ce moment qu’on les voit découvrir les réalisations faites par le pouvoir, et sous le charme desquelles ils tombent. Mais en vérité, cela n’est pas nouveau. La transhumance semble être consubstantielle au parcours politique de certains de nos hommes politiques. Faut-il s’en étonner ? Assurément non.

L’inconfort du voyage dans le train de l’opposition, l’incertitude de ce que demain sera fait, et les difficultés liées au quotidien des opposants, ont très vite raison d’eux. Ils croulent sous le poids des responsabilités à assumer et à faire vivre leurs partis, ainsi que les nombreuses attentes de leurs militants qu’ils ont du mal à satisfaire.
Nombre d’entre eux n’ont pas acquis la culture de l’opposition, au fil des obstacles franchis, des privations endurées et de l’humiliation qui est le quotidien de l’opposition.
L’existence de ces partis politiques et de leurs animateurs, est mue par la recherche du meilleur positionnement, qui leur permettra de tirer des dividendes dans l’immédiat, ou d’escompter en tirer dans un futur proche.

Ainsi, peu avant la période de braise, période pré-électorale de 2020, des hommes politiques comme M. Marcel Amon Tanoh, avaient rejoint l’opposition, en espérant pouvoir inscrire leur nom au panthéon de l’histoire qui s’écrivait.

M. MABRI TOIKEUSSE ET SON PARTI, l’UDPCI, FONT LE CHEMIN RETOUR POUR SE FONDRE DANS LE RHDP

Nombreux étaient les ivoiriens qui avaient applaudi son discours à tout rompre, quand il intervenait au meeting de l’opposition au stade Félix Houphouët-Boigny, en octobre 2020.
Mais après la parodie d’élection, et la reconduction de l’actuel chef de l’Etat pour le troisième mandat, M. Amon Tanoh est allé à Canossa, en se fendant d’une déclaration de reniement et de regret, pour les propos tenus au stade Félix Houphouët-Boigny et est retourné là d’où il est venu.
Peu après, un poste de Secrétaire Exécutif du Conseil de l’Entente l’accueillait !

On se souvient également de cet éminent professeur d’université, fondateur d’établissement, connu pour ses critiques et ses diatribes à l’endroit du pouvoir, rejoindre comme par magie le Rhdp. Les écailles sont tombées de ses yeux, mais a surtout eu sa révélation comme Saul (Saint Paul) sur le chemin de Damas, pour admirer l’énorme travail qu‘abat le pouvoir Rhdp et justifier son adhésion à ce parti.
Mais les mauvaises langues affirment que les impôts sont passés par là.

Aujourd’hui, il nous revient que M. Mabri Toikeusse et son parti, l’Udpci, font le chemin retour pour se fondre dans le Rhdp. Parti qu’il avait quitté en raison du choix de feu Amadou Gon Coulibaly, avant sa mort pour être le porte-étendard du Rhdp aux joutes électorales de 2020. Un choix qui ne rencontrait pas son assentiment.

M. MABRI N ’AMBITIONNE NULLEMENT DE DEVENIR PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

D’autres partis politiques de l’opposition frapperaient également à la porte du Rhdp, attendant que celle-ci s’ouvre. Il n’y a véritablement pas de raison de s’étonner de cet état de fait. De nombreux partis politiques n’ont aucune ambition de prendre le pouvoir et de l’exercer. Si nouer des alliances peut leur permettre d’avoir des postes ministériels, surtout pour le président du parti, cela suffit largement à combler leurs ambitions.

Le microcosme politique ivoirien nous a habitué à ces jeux d’alliance et de rupture, à ces aller-retours, et à ces reniements qui frisent le ridicule.
Peu sont ces hommes politiques qui ont la culture de l’opposition et qui ne rêvent pas des ors et des lambris dorés qu’offre le cheminement dans le sillage du pouvoir.
En retournant au Rhdp, M. Mabri n’ambitionne nullement de devenir président de la République, mais obtenir un poste ministériel suffirait amplement à ses ambitions…Il en est habitué. Ainsi va le pays.
Mais s’il y a eu un soir en Eburnie, Il y aura assurément un matin et l’ivraie sera séparée du vrai.

De Nazaire Kadia, Analyste politique

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés