Connect with us

Sports

Sport: Le Journaliste Fernand Dédeh interpelle les autorités sur les infrastructures sportives ivoiriennes

Published

on

Fernand-Dédeh

Côte d’Ivoire – Sport – Le journaliste sportif, Fernand Dédeh a interpellé l’Etat de Côte d’Ivoire, ce mercredi 22 septembre 2021, sur l’importance de réaliser des infrastructures sportives répondant aux normes internationales.

En effet, la Côte d’Ivoire a récemment essuyé le refus de la Confédération Africaine de Football (CAF) pour abriter le match Côte d’Ivoire-Malawi pour les éliminatoires de la 22 éme édition, du Mondial du Football, qui se tiendra le 21 novembre au 18 décembre 2022 au Quatar. Selon la CAF, les stades Ivoiriennes sont non homologués. 

Suite à cette décision, la réaction de l’ancien Directeur de département des sports de la Radio-Télévision Ivoirienne (RTI), Fernand Dédeh n’a pas tardé : « Quand nous disons que le football n’est pas seulement un jeu. C’est toute une industrie et une économie circulaire. Avoir des infrastructures sportives aux normes internationales, produit des richesses et du prestige. Le Benin a investi dans les infrastructures et… en récolte les fruits…», a-t-il réagit.

Ainsi, le pays de Houphouët Boigny verra son équipe nationale de football jouer au Bénin le lundi 11 octobre 2021 à 16 heures. Cependant, les éléphants recevront ce jeudi 7 octobre 2021, le Malawi à Johannesburg en Afrique du Sud au stade Orlando Stadium.

©CotedivoireNews 

Ange Nick Sarah

 Suivez toute l’actualité IVOIRIENNE sur Côte d’Ivoire News

Sports

Athlétisme -Interview GUEUTY Audrey ( Entraîneur Pôle de Daloa): « Je suis satisfaite mais voici ce qu’il faut améliorer »

Published

on

Côte d’Ivoire – Sport – Fort satisfaite des pôles d’entraînement et leur immense apport dans la détection de fleurons de l’athlétisme ivoirien, Gueuty Audrey Tatiana Désiré, Professeur d’athlétisme et entraîneur du pôle d’entraînement de Daloa dans le centre ouest de la Côte d’Ivoire se confie dans cette interview.

Quel regard jettez-vous sur les pôles d’entraînement plus d’an après leur lancement?

Les pôles d’athlétisme ont été une très belle initiative car ils permettent de mettre en valeur les athlètes minimes, cadets et juniors du pays surtout ceux de l’intérieur du pays. En plus, ils ont permis une meilleure décentralisation de l’athlétisme. La politique du président qui a permis au professeur de sport d’être affectés dans les pôles permet un meilleur suivi de nos athlètes de l’intérieur du pays.

Êtes-vous satisfaits de ces pôles d’athlétisme ?
Oui , je suis satisfaite des pôles.

Concrètement qu’est ce que ces pôles ont apporté à l athlétisme ivoirien ?
Aujourd’hui nous avons des cadets tels que Djehi-Lou Chantal du pôle de Daloa, Kouakou Sylvie du pôle de Dimbokro etc…, qui ont participé à l’OISSU international à Normandie, et aussi des minimes tel que Kla Dawa de San-Pédro, Koné Karidjatou de Daloa qui réalisent des performances extraordinaires concurrençant quelques seniors. Alors ,nous pouvons affirmer avec certitude au vu de ces résultats en moins de 2 ans que le pôle procure des champions en devenir à l’athlétisme ivoirien.

Quelles aptitudes avez-vous développé en tant que coach à travers ces pôles d’athlétisme?
La découverte de ses enfants avec des habiletés et leurs désirs de se développer et être à la tête nous amènent à chercher plus et à développer nos aptitudes en tant qu’entraineur. Aussi les différents stages organisés par la fédération pour les entraineurs du pôle, nous ont donné la capacité de pouvoirs détecter, planifier mieux la carrière de nos athlètes, accompagner les athlètes lors des compétitions et faire les réunions techniques nous responsabilisent et nous permettent de faire un bon suivi de nos athlètes.

Sentez-vous la motivation chez les enfants à travers les différentes activités ?
Nous avons remarqué une grande motivation de nos athlètes car pour ceux de l’intérieur, il était difficile de se rendre à Abidjan mais maintenant les meilleurs ont l’occasion de participer à des stages pendant les congés à Abidjan.Cela a développé en eux une motivation qui les poussent à devenir plus performants .Ceux qui n’ont pas les capacités d’être au pôle travaillent avec ardeur dans le but de l’intégrer un jour.

Croyez-vous au développement des pôles en Côte d’Ivoire ?
Oui, j’y crois.

Quelles pourraient être les choses à améliorer ?
J’aimerais que : Les pôles soient un organisme à part entière, bien qu’elle soit fédérale que le ministère et les collectivités puissent s’impliquer. Les professeurs du sport soient affectés directement dans les pôles et non en passant par les directions régionales.Je veux également plus de stages et de séminaire, soient organisés pour les encadreurs et pour les athlètes et que les meilleurs de chaque pôle soient regroupés pour un suivi pour susciter plus de motivation tant au niveau des parents qu’au niveau des athlètes.Il faudrait par ailleurs doter les différents pôles de matériels de 1ère nécessité,revoir le montant de la subvention des encadreurs et le nombre d’athlètes subventionnés, Organiser des rencontres entre les athlètes, leurs parents, les encadreurs et les responsables fédéraux .Il faut enfin prévoir une politique qui permettra aux athlètes d’être aussi bon au sport et à l’école.

Propos recueillis par Abran Saliho

Lire Plus

Cotedivoirenews

Sport: L’international Franck Kessié présente ses trophées au ministre Danho Paulin

Published

on

Côte d’Ivoire – En vacances à Abidjan, Franck KESSIÉ, l’international footballeur ivoirien a été reçu en audience par le Ministre des Sports M. Paulin Claude DANHO, ce jeudi 23 juin 2022 , à son cabinet sis au Plateau.

Au cours de cette visite, le sociétaire du Milan AC champion d’Italie , a profité pour présenter ses trophées au patron du Sport ivoirien.

Abran Saliho

Lire Plus

Sports

Gymnastique Interview ( Suzanne Wolber Pdte FIG) :  » Nous rêvons de repositionner la gymnastique en Côte d’Ivoire »

Published

on

Côte d’Ivoire – Sport – À la tête de la fédération ivoirienne de Gymnastique ( FIG) ,Mme Suzanne Wolber abat un travail d’hercule pour repositionner cette discipline olympique dans un état critique depuis 10 ans.Aujourd hui,l’heure est à la conjugaison des efforts pour remettre sur les rails la gymnastique ivoirienne.C’est d’ailleurs un des grands rêves que nous dévoile Mme Wolber dans cette interview.

Quel regard jettez-vous sur la gymnastique en Côte d’Ivoire ?

La gymnastique en Côte d’Ivoire prend un nouvel envol après une léthargie de 10 longues années.Nous repartons du bon pied et comme vous savez ,tout départ nouveau n’est pas du tout facile.Pour ce qui est des clubs ,nous avons un bon nombre ( 12 au total ) mais c’est au niveau des encadreurs qu’il y a des détails à revoir.

De quels détails parlez-vous ?

Je dirai que leur niveau est statique.Nous devons très vite mener des actions fortes à travers des formations pour les remettre à niveau afin qu’ils soient performants.Sinon ,au niveau des enfants l’envie et la détermination sont de mises.Cela,vu qu’ils ont un potentiel énorme .Certains font de la gymnastique tous les jours sans le savoir.Et dans toutes régions de Côte d’Ivoire ,cela est visible.Vous partez à Korhogo dans les composantes culturelles ,nous retrouvons de la gymnastique . À l’ouest ,pareil ,sans oublier les peuples lagunaires qui font également de la gymnastique.
Pour ce départ quelles sont vos attentes ?
Effectivement ,nous tenons à apporter des corrections et des réajustements afin de remettre la gymnastique ivoirienne sur les bons rails. Pour cela ,nous avons besoin d’énormes apports à tous les niveaux.Je parle d’apport financier , technique et infrastructurel.

Les athlètes évoluent-ils dans les meilleures conditions pour performer ?

Il faut souligner que certains enfants travaillent dans des conditions très difficiles . Beaucoup s’entrainent dans le sable ,sur le gazon voire sur la terre simple .Notre objectif c’est de trouver dans la norme des conditions adéquates pour permettre aux athlètes de briller davantage. Sinon le potentiel humain et technique existe.

Quelles sont les prochaines articulations de la saison 2021-2022?

Nous préparons une autre compétition par équipe regroupant 6 gymnastes.
Nous ferons une démonstration de la gymnastique acrobatique ,qui est une autre forme de Gymnastique. Elle nous conduira à une compétition la saison prochaine.Le club qui récoltera le maximum de points sera déclaré vainqueur.

Quels sont les futurs grands challenges au plan international ?

Sur le plan international ,nous nous préparons pour les jeux olympiques de la jeunesse de Dakar 2026.Nous démarrons un nouveau cycle.Nous allons donc petit à petit.Nous allons nous concentrer sur le développement de nos talents locaux avec des encadreurs au top niveau. Paris 2024 est donc trop tôt pour les gymnastes ivoiriens.

Réalisée par SERCOM

Lire Plus
Advertisement Enter ad code he
re

Tendances

Copyright © 2019 By ZKF Agency - +225 07 34 0909 6 Tous droits réservés